FSG : un cabinet de conseil international en matière de Responsabilité Sociale des Entreprises

Print Friendly, PDF & Email

handshakeInterview de M. Marc Pfitzer, Directeur général de FSG Europe

marc_pfitzerEn matière de responsabilité sociale des entreprises, la FSG (Foundation Strategy Group) accompagne et conseille les plus grandes entreprises et organisations en Suisse et à travers le monde. Son expertise en matière de développement durable et dans des sujets tels que la santé, l’éducation, l’environnement, la lutte contre la pauvreté ou encore le développement économique, font de cette entreprise un interlocuteur de premier choix pour toute structure souhaitant développer ses activités de façon plus durable. J’ai donc eu le plaisir de pouvoir interviewer Marc Pfitzer, directeur général de la FSG en Europe dont les bureaux sont installés à Genève. En évoquant son parcours, nous avons voulu en savoir davantage sur ce métier qui sera certainement un élément incontournable dans le développement futur des entreprises et des organisations pour répondre au mieux aux exigences des consommateurs.

Du conseil traditionnel au conseil RSE (Responsabilité Sociale d’Entreprise)

logo

Après avoir suivi sa scolarité obligatoire en Suisse, Marc Pfitzer est parti suivre ses études secondaires et universitaires aux États-Unis. Un Bachelor de Harvard en poche, il décide d’entamer un long voyage à travers l’Inde et l’Asie du Sud-est. De retour au pays, il s’engage auprès du Boston Consulting Group à Zurich, qu’il avait déjà eu la chance de connaître grâce à des expériences professionnelles au World Economic Forum pendant ses années d’étudiant. Ayant étudié les sciences politiques, l’histoire et particulièrement les relations internationales, ce fut une première expérience professionnelle dans un domaine en lien avec ses études et ses intérêts, poste qu’il l’occupera durant dix ans. Dix années pendant lesquelles il aura l’occasion de faire un MBA à l’INSEAD (institut européen d’administration des affaires) en France. Cette expérience professionnelle lui aura permis de travailler dans le domaine de la restructuration et de la stratégie d’entreprise. Pourtant, très intéressé par les questions sociétales, il intégrera progressivement d’avantage de projets orientés sur ce thème, jusqu’au jour où il arrive à la conclusion qu’il souhaite s’orienter vers la durabilité. Grâce à son réseau, il apprit que Michael Porter et Marc Kramer lançaient un cabinet de stratégie particulièrement orienté vers les fondations. Lors d’une rencontre aux Etats-Unis, il se rallie au projet qui deviendra la Foundation Strategy Group (FSG).

Origines et activités la FSG

« L’idée centrale de la FSG était de comprendre, déterminer et développer quelles étaient les pratiques, approches et stratégies qui faisaient que certaines fondations avaient plus d’impacts dans le monde comparées à d’autres. » indique Marc Pfitzer. Après des recherches approfondies, la FSG a publié un premier article traitant de la création de valeur des fondations. Cette première étude a mis en évidence la question cruciale de la valeur sociétale. Au départ orientée vers les fondations, l’équipe de FSG s’est vite tournée vers les entreprises afin de déterminer comment une entreprise peut aussi créer de la valeur pour une société. « Par exemple, qu’est-ce qui rend la Suisse très compétitive par rapport à d’autre pays ? Il n’y a pas seulement l’industrie, il y a aussi l’éducation, les infrastructures, les lois, la transparence… Autant de facteurs qui sont toutes des questions sociétales » précise Marc Pfitzer. La création de valeur sociétale concerne donc tous les secteurs et particulièrement leurs interactions : c’est-à-dire la manière dont un gouvernement, une entreprise et différents secteurs créent un valeur sociétale commune. 

Complémentarité du Conseil et de la Recherche

Une autre particularité de la FSG est la complémentarité entre les activités de conseil et les activités de recherche. Au-delà des services de consulting proposés à une palette variée d’organisations (fondations, entreprises, ONG..), des articles de recherche sont aussi publiés afin de partager leur connaissance du secteur. Marc Pfitzer appelle cela la « petite tornade », qui représente les synergies entre la partie Think Tank et la partie consulting, cette dernière permettant de mettre en pratique leurs connaissances théoriques. Cette tornade se répand car leur mission est de faire partager ces pratiques le plus largement possible (pour rappel, la FSG n’est pas une organisation à but lucratif).

La valeur sociétale, un concept aujourd’hui incontournable

«Ces nouvelles pratiques de RSE deviennent essentielles et cela se ressent notamment dans les achats des consommateurs. La création de valeur sociétale prime sur la création de valeur économique dans certains cas, en tout cas elle évolue en parallèle désormais. C’est-à-dire, qu’aujourd’hui on ne peut plus se contenter de créer uniquement de la valeur économique, en tout cas certainement pas au détriment de la valeur sociétale. »

Quelques conseils pour les jeunes diplômés

Marc Pfitzer, qui a débuté sa carrière au World Economic Forum (WEF) a pu bénéficier d’une première expérience dans des domaines qui l’intéressaient: les relations internationales et dans les problématiques sociétales. «Pour quelqu’un qui souhaite aujourd’hui se lancer dans la RSE, un emploi au WEF serait très certainement une bonne entrée. Plus généralement, des études en relations internationales, en histoire ou en politiques internationales, peuvent être un atout pour trouver un emploi dans ce domaine»  conclue-t-il.

photo credit: just.Luc via photopin cc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.