La grippe saisonnière, sa prévention et ses coûts

Print Friendly, PDF & Email

vaccinsAnnuellement en Suisse, la grippe saisonnière est responsable d’environ  de 100’000 à 250’000 consultations médicales, de 1’000 à 5’000 hospitalisations et de 400 à 1’500 décès selon la virulence des virus grippaux en circulation.

Les coûts annuels directs pour le système de santé suisse sont estimés à 100 millions de francs environ. En incluant l’ensemble des coûts à charge de la société, tels les arrêts maladie, les pertes économiques s’élèvent à près de 300 millions de francs.

Pourquoi se faire vacciner?

La grippe est une maladie infectieuse résultant d’une infection par le virus influenza. Le virus influenza infecte les voies respiratoires (le nez, la gorge et les poumons) et peut atteindre différentes espèces (les humains, les oiseaux, les cochons, etc).

L’infection dure en général une semaine environ et se caractérise par l’apparition d’une forte fièvre, des céphalées, un mauvais état général, une toux sèche, une gorge irritée et une rhinite. La grippe tend à se propager rapidement en épidémies saisonnières.

La principale mesure de prévention de la grippe est la vaccination. Ce vaccin est inactivé et a une efficacité allant jusqu’à 90% chez les personnes saines. Cependant, les changements subis par le virus de la grippe empêche la création d’un vaccin efficace contre tous les types de virus. La vaccination doit être renouvelée chaque année et doit être faite en particulier dans les groupes de risque (personnes âgées, les enfants et les malades chroniques). De bonnes pratiques d’hygiène contribuent également à éviter la contamination par le virus, comme l’utilisation de l’eau chaude et du savon pour l’hygiène des mains et éviter tout contact avec des personnes susceptibles d’être contaminées (qui tousse ou éternue).

La saison grippale 2012/2013 a été caractérisée en Suisse par l’une des épidémies de grippe record de ces dix dernières années. Cette année l’office fédéral de la santé publique a prévu 1.1 million de vaccins à l’automne, c’est á dire presque la même quantité que l’an dernier.

source : Site de l’omswww.ne.ch  Office fédéral de la santé publique. 

photo credit: Daniel Paquet via photopin cc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.