La microtechnique : un monde de l’infiniment petit

Print Friendly, PDF & Email

microtechniquePortez-vous une montre ? Avez-vous un ordinateur ? Ou mieux, utilisez-vous un smartphone ? Si oui, c’est que vous avez eu à faire à la microtechnique. C’est une discipline que peu de personnes comprennent, mais qui se retrouve dans beaucoup d’objets du quotidien.

De nos jours, les personnes veulent toujours des appareils de plus en plus performants, tout en ayant une taille la plus petite possible.

Cette tendance se retrouve surtout dans les domaines de la téléphonie mobile, de la photographie digitale ou des ordinateurs (tablette tactile comprise). Grâce à la microtechnique ce désir d’amélioration peut être atteint.

 

C’est quoi la microtechnique ?

La microtechnique est l’art de créer, réaliser ou utiliser des composants, systèmes ou appareils.

Elle œuvre généralement entre l’échelle du millimètre et du nanomètre, mais a des effets sur des systèmes beaucoup plus gros.

Le domaine est pluridisciplinaire, car les systèmes microtechniques peuvent contenir des éléments mécaniques, électroniques, informatiques et optiques.

Il couvre des secteurs d’activité comme la robotique, les dispositifs biomédicaux, la réalité augmenté ou encore l’horlogerie.

 

Un exemple

Le téléphone portable existe grâce à la microtechnique, par exemple.

Certains se souviennent des années 80 où le téléphone mesurait 25 cm de hauteur (sans compter l’antenne) pour une autonomie de 60 minutes de communication, tandis qu’aujourd’hui les téléphones sont de plus en plus compacts et performants.

Dans ce sens, nous pouvons citer l’iPhone qui est commercialisé par Apple depuis le 29 juin 2007. Il s’agit du premier téléphone dont l’interface s’appuie sur un écran tactile. Sans la microtechnique, ce téléphone n’aurait pas vu le jour.

 

Qui fait de la microtechnique ?

Pour devenir ingénieur en microtechnique, il faut avant tout avoir des aptitudes pour les mathématiques, les sciences et avoir une bonne représentation spatiale.

Il faut aussi être méthodique, aimer travailler en équipe et avoir une capacité d’adaptation à l’évolution technologique. Un bon esprit d’analyse, de synthèse et d’innovation sont également requis.

Il faut aussi porter un intérêt pour tout ce qui touche à :

  • la fabrication, le montage, la réparation et l’entretien des machines,
  • l’étude, le développement et la recherche,
  • l’électricité et l’électronique,
  • l’horlogerie et la bijouterie.

 

Formation

En suisse, pour pouvoir accéder à cette profession, il faut faire des études supérieures dans une école spécialisée. Le cursus se compose de trois ans pour obtenir le bachelor et d’un an et demi pour le master soit un total de quatre ans et demi.

En Suisse romande, ces études peuvent être suivies dans deux différentes écoles : l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) ou les Hautes Écoles Spécialisées de Suisse occidentale (HES-SO).

Source :
www.hes-so.ch
www.hepia.ch
www.epfl.ch
www.orientation.ch
http://www.tomsguide.fr/article/histoire-telephone-portable,2-565-3.html

Photo credit : Andrii Symonenko via fotolia.com

Marc Orlandini Marc Orlandini

Ingénieur en microtechnique en perpétuelle recherche de connaissance, je suis guidé par le défi d’améliorer et d’innover un produit pour qu’il soit plus performant et atteigne les objectifs.

Mon intérêt: la conception. Prendre une idée et de la poser sur papier jusqu’à développer un prototype.
J’apprécie d’être impliqué à tous les niveaux, de la gestion du projet complet à juste une partie du processus.

Altruiste et communicatif, j’ai du plaisir à partager mes connaissances et donner un point de vue différent pour aider à débloquer une situation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.