La Saint-Sylvestre : traditions d’ici et d’ailleurs !

Print Friendly, PDF & Email

Saint-Sylvestre

 

Le 31 décembre approche à grands pas… Etes-vous prêts pour le dernier décompte ? Attention…

3, 2, 1 … BONNE ANNEE !

Et voilà, les bouchons des bouteilles de champagne sautent de partout, on entend des cris de joie et des « bonne année ! » tout autour de nous. N’oublions pas les magnifiques feux d’artifice qui illuminent le ciel pour souhaiter la bienvenue à une nouvelle année…

Et oui, on fait la fête pour la Saint-Sylvestre (nom donné en mémoire du pape Sylvestre 1er). Entre amis ou en famille, on se fait plaisir autour d’un copieux repas, arrosé au final par un bon élixir : le champagne.  Penchons-nous un peu sur ce dernier jour de l’année, et voyons un peu les traditions et les coutumes que l’on peut trouver autour de nous.

 

Coutumes et traditions pour la Saint-Sylvestre

Commençons par la Suisse. Comme un peu partout, en Suisse, on se retrouve entre amis pour festoyer dans la joie et la bonne humeur la fin de l’année. Certaines régions ont, cependant, quelques coutumes qui sont restées gravées dans le temps :

 

Le Brunnensingen à Rheinfelden

En 1541, douze hommes survivent à une épidémie de peste. Ils font le vœu de protéger les habitants contre ce fléau devant les fontaines de Rheinfelden. Ainsi, la confrérie de Saint Sébastien, qui tient son nom du protecteur contre la peste, vit le jour. Depuis, chaque année, le 24 décembre à 23h et le 31 décembre à 21h, douze membres de la confrérie se rassemblent en cortège, forment un cercle devant les fontaines et chantent un cantique.

 

Les Silvesterkläuse

Il s’agit d’une coutume du canton d’Appenzell Rhodes-Extérieures, ainsi que de certaines régions du canton de Zürich. Le matin de la Saint-Sylvestre, un groupe de six personnes masquées et costumées souhaitent la bonne année en sonnant leurs cloches et en chantant un « Zäuerli » (yodel typique d’Appenzell) dans le but d’éloigner les mauvais esprits.

 

La Laternenvisitation ou le Silvesterumzug à Wil

Au XIXème siècle, il est demandé, par ordonnance municipale, aux habitants de Wil (Saint-Gall) de faire brûler une lanterne devant chaque maison en période difficile. Chaque année, le soir de la Saint-Sylvestre, la commission du feu devant s’assurer de l’exécution de l’ordonnance inspecte chaque lanterne de la localité. Le nom de la Laternenvisitation vient justement de cet acte, l’inspection des lanternes. De nos jours, cette ordonnance municipale n’est plus d’actualité. Cependant, la coutume se poursuit sous forme d’un cortège festif avec enfants, musique, lampions et lanternes colorées. Un concours est organisé le soir du 31 décembre pour déterminer la meilleure lanterne. Comme on peut le constater, les traditions peuvent évoluer, mais sont toujours présentes.

 

Chez nos chers voisins, que se passe-t-il ?

Saint-SylvestreLa bise sous le gui en France

En France, les traditions ne sont pas très différentes des nôtres : un repas gastronomique entre amis composé de foie gras, saumon fumé, huîtres, caviar et champagne, de bonnes résolutions pour la nouvelle année et un beau feu d’artifice. Cependant, il existe une coutume, originaire des Celtes, qui est de s’embrasser sous une branche de gui. Etant de moins en moins pratiqué, les personnes se souhaitent la bonne année en se faisant la bise.

 

Les nombreuses traditions festives italiennes

En Italie, les pétards et les feux d’artifice sont aussi de la partie. Mais le repas diffère, au menu de la Saint-Sylvestre : les lentilles. Ayant la forme de petites pièces de monnaie, elles symbolisent l’argent qui s’accumulera au cours de l’année. Plus on en mange (abondance), plus on gagnera de l’argent (prospérité). Le jour de l’an, il est primordial d’avoir du raisin sur la table, car cela attire l’argent tout au long de l’année. Les gens portent une pièce de lingerie rouge pour leur porter chance et assurer une année remplie d’amour et de bonheur. A Naples, il est coutume de jeter de vieux objets, comme de la vaisselle, des vêtements ou même des meubles, par la fenêtre. Attention de ne pas se trouver en dessous ! Ce geste permet de se débarrasser des mauvaises choses. A Venise, une tradition bien moins dangereuse perdure : « il bacio nella piazza » (le baiser sur la place). Les cloches de la basilique Saint Marc sonnent pour que les personnes se rassemblent sur la place du même nom, afin de partager un bisou collectif sous les feux d’artifice. Le premier jour de l’an, certains se donnent rendez-vous pour partager leurs vœux de Nouvel An sur la plage de Lido Di Venezia. Les plus courageux se baignent dans la mer.

Saint-SylvestreEntre film de Noël et superstition en Allemagne

En Allemagne, les gens se retrouvent devant la télévision pour voir un film anglais tous les soir du 31 décembre. Depuis sa première diffusion en 1963, la comédie britannique « Dinner for One » a eu un grand succès. Elle est diffusée sur plusieurs chaînes de télévision, en version originale ou allemande. Les feux d’artifice sont spectaculaires mais cependant très règlementés, pour éviter trop d’excès. « Prosit Neujahr ! » (Santé Nouvel An !), il s’agit du toast spécial que l’on peut porter pour le 31 décembre en buvant du mousseux ou le punch traditionnel du Nouvel An, le « Feuerzangenbowle » (punch aux tenailles de feu). Les Allemands ont leur petit moment de superstition, le « Bleigiessen ». Il s’agit de lire son avenir dans du plomb. On fait fondre des petites plaques de métal sur une cuillère qu’on jette dans de l’eau froide. Le plomb se fige au contact de l’eau et forme une figure qui est alors interprétée comme une prédiction pour la nouvelle année.

 

Saint-Sylvestre

Silvesterpfad à Vienne en Autriche

Des porte-bonheurs pour l’Autriche

En Autriche, la pratique de lire son avenir avec le plomb est aussi de rigueur. Les gens ont pour habitudes de s’offrir des porte-bonheurs, tels que des trèfles ou des cochons. A Vienne, toute la ville est en fête au rythme de valses et d’opéras. Les visiteurs peuvent déambuler au milieu de plus de 80 stands, lors de la « Silvesterpfad » (chemin de la Saint-Sylvestre), une des plus fameuses fêtes de fin d’année d’Europe. Et quand la « Pummerin » (la plus grande cloche en Autriche) sonne à minuit, des milliers de personnes fêtent la nouvelle année au son de valses et de feux d’artifice.

 

Voici pour les pays frontaliers à la Suisse, mais dans le reste du monde bien d’autres coutumes existent. Comme en Espagne, on mange douze grains de raisins, avalé un à un au son des douze coups de minuit. En Nouvelle-Zélande, on frappe sur des casseroles sans retenue. Au Danemark, on fait aussi du vacarme, mais cette fois, en cassant de la vaisselle. Au Pérou, la coutume veut que les différends soient réglés avant le début de l’année, alors on sort les gants de boxes. Les Canadiens, eux, sont bien plus courageux. Ils suivent une tradition qui s’appelle « la trempette de l’ours polaire », qui consiste à se baigner dans les eaux glacées du plan d’eau (lac, mer, fleuve, …) le plus proche de chez eux. Il existe encore beaucoup de traditions et de coutumes dans le monde entier, parfois à la suite de faits marquants, ou alors par superstition et croyance. Le plus important est de finir l’année en beauté et se souhaiter une nouvelle année pleine d’amour, de bonheur, de succès et de santé…

 

Lectures complémentaires :

Marchés de Noël 2.0 : Mettez un peu de paillettes pour vos fêtes ? par

Ce Noël, soyez solidaires et faites des heureux ! par

 

Photo credits : -Baks- via depositphotos.com; Bwag, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons; photographyMK via depositphotos.com; NewAfrica via depositphotos.com

Silvia Martins Silvia Martins

Responsable de caisse et de l’administration dans le commerce de détail, pendant 10 ans, j’avais non seulement la responsabilité d’une équipe de 30 personnes, dont je gérais la planification et la formation, mais j'avais aussi la lourde tâche de tenir à jour l'administration et la planification de l’ensemble du magasin pour une centaine d’employés. Je gérais l’accueil physique et téléphonique des clients et leurs demandes. Mes qualités d’écoute et de gestion des priorités m’ont permis d’obtenir la satisfaction des clients. Ce que j’aime dans mon métier, c’est le contact avec les personnes, le travail d’équipe et le fait de trouver des solutions aux problèmes. Bilingue français portugais, ayant de bonnes notions en anglais, je suis à l’aise dans la rédaction. Polyvalente, organisée et précise, je recherche une opportunité dans le milieu administratif qui me permette d’appliquer mes compétences et de les approfondir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.