La SSR ouvre ses archives

Print Friendly, PDF & Email

Nous savions, si ce n’est pas le cas je vous l’apprends, que cette honorable institution qu’est la SSR mettait à la disposition du grand public une somme déjà considérable d’archives audio télévisuelles. Preuve en est le succès de la page Facebook des archives RTS qui regroupe à elle seule près de 315 200 abonnés.

Ainsi il nous est possible, si tant est que le parcours de la Suisse et de son actualité nous intéresse, de nous cultiver, nous enrichir, de découvrir ou redécouvrir ces moments audiovisuels qui contribuent à une meilleure connaissance de nos cantons et de notre histoire commune.

Or, depuis le 27 octobre dernier, jour symboliquement choisi car correspondant à La journée mondiale du patrimoine audiovisuel, la SSR, la Phonothèque nationale suisse et Mémoriav (l’association de sauvegarde et de mise en valeur du patrimoine audiovisuel suisse) mettent à disposition des institutions culturelles pas moins de 2 millions d’heures de contenu radiophonique et télévisuel. L’équivalent de plus de 228 années de reportage, d’interviews et autres documentaires qui permettent ainsi de témoigner de l’évolution de notre pays des années 1930 à nos jours.

Plus de 60 bibliothèques publiques, universités, écoles et centre de documentations agréés, répartis de Locarno à Bâle et de Martigny à Schaffhouse, dispenseront cette manne audio-visuelle aux chercheurs, étudiants et autres farfouilleurs d’histoires afin de rabonnir leur érudition.

A Genève, 3 lieux spécifiques, l’AMR (association pour l’encouragement de la musique improvisée), la bibliothèque musicale de la ville de Genève ainsi que la bibliothèque du conservatoire de musique, elle-même située non loin de l’Association Alzheimer, ça ne s’invente pas, permettront de retrouver cette mémoire passée.

Ainsi les passionnés auront l’opportunité de retrouver ou de découvrir les programmes de Radio- Genève, en 1944 avec René Dovaz, qui cumula durant 6 mois, son rôle de responsable de la station simultanément avec celui de directeur d’une école de jeunes filles. De même que les émissions d’‘’Oncle Henri’’ qui faisaient la joie des bambins de façon hebdomadaire; d’écouter la voix de ce bûcheron alémanique enregistré comme étant le millième auditeur suisse en 1949, ou de se replonger dans les balbutiements de la radio suisse racontée par 2 des pionniers de cette aventure en 1972.

De plus, C’est au printemps de l’année prochaine que les entreprises de média privés pourront, elles aussi, se plonger dans ces contenus initialement analogiques et nouvellement numérisés de la SSR.

D’autant que ceux-ci ont été réalisés de façon à ce que les recherches se fassent le plus aisément possible et directement consultable à l’écran.

Une splendide réalisation de la SSR et de ses partenaires sur laquelle il nous faudra, sans nul doute, tendre l’œil et garder à l’oreille.

 

Source :  https://www.srgssr.ch/fr/news-medias/news/la-ssr-ouvre-ses-archives-aux-institutions-culturelles/

Photo : Pixabay

Ludovic Jura

Ludovic Jura


Après un atelier d’été de découverte du métier d’animateur radio au sein de la RTS, j’ai décidé d’entamer ma reconversion.
L’opportunité d’évoluer en tant que chroniqueur dans ce milieu m’a été offerte par une radio locale. Mes progrès rapides et mon aisance au micro m’ont permis de me voir confier l’animation d’un rendez-vous hebdomadaire de 3 heures en direct alliant musique, chroniques et interviews.
La culture, l’actualité, les médias et la ponctuation sont une véritable obsession pour moi. Je milite d’ailleurs activement pour la sauvegarde du point-virgule.
Adapté aux milieux de travail dans les espaces ouverts, je suis poli, discret, et, de plus, je sens bon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.