L’architecture-sculpture de Daniel Grataloup

Print Friendly, PDF & Email
Daniel Grataloup

Détail de l’intérieur de l’appartement de M. Daniel Grataloup, @Lorenzo Romano

Propos tirés de mon entretien avec Daniel Grataloup, architecte, docteur de l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne et professeur d’art plastique.

 

On a un sentiment visuel immédiat d’ensemble, d’homogénéité et d’unité lorsqu’on pénètre dans l’appartement de Daniel Grataloup. Pas d’interruption de couleur et de style, mais une continuité blanche riche en courbes.

Tout a été conçu et réalisé par l’architecte lui-même.

Le plafond et les parois sont un mélange de plâtre et de polystyrène. Les fauteuils, composés de fibre de verre et d’époxy, semblent perpétuer la matière du mur dans un seul corps ininterrompu jusqu’à l’horizontale de l’accoudoir. Plusieurs haut-parleurs, dispersés dans toute la pièce, sont incorporés à ce matériau de base, assurant une acoustique parfaite.

On dirait que l’habitat a été creusé dans une matière blanche et que de cette même matière sont issus les meubles. Toutes les fonctions sont assimilées à l’ensemble architectural.

Daniel Grataloup

Détail de l’intérieur de l’appartement de M. Daniel Grataloup, @Lorenzo Romano

 

Des architectures-sculptures autour du monde

Plusieurs constructions de Daniel Grataloup, dont des villas à Genève et un temple à La Chaux-de-Fonds, ont été conçues dans cet esprit. Ces architectures-sculptures répondent toutes à une même approche technique et visuelle. Ses conceptions se sont répandues et réalisées dans d’autres pays, comme en France, en Espagne ou encore en Algérie où un immense terrain a été consacré entièrement à ses œuvres architecturales.

Daniel Grataloup

Le temple de Saint Jean à la Chaux-de-Fonds, construit en 1969 – 1970, @gratalouparchitecte.ch

 

Un procédé de construction innovant

Son procédé pour construire une maison ou un immeuble est tout aussi innovant et étonnant que l’intérieur de l’appartement personnel de l’architecte. Il s’agit de la projection : sur un treillis de fer soigneusement tissé est propulsé du béton sec qui sera humidifié à la vapeur d’eau à la dernière seconde. La prise étant instantanée, pas besoin de coffrages de séchage pour le béton comme on en voit sur les chantiers pour les constructions “classiques”.

Ce principe de projection de béton sur treillis n’est pas seulement réservé à l’extérieur de l’édifice et à sa structure de base, mais aussi aux escaliers dans la maison, à la cheminée, aux appliques d’éclairage, aux lavabos et à la baignoire. C’est cela qui donne au regard ce sentiment d’unité et de continuité.

Daniel Grataloup

Maquette illustrant un treillis pour un immeuble, @Lorenzo Romano

 

Daniel Grataloup, un artiste complet

Daniel Grataloup n’est pas seulement un architecte proposant de nouvelles façons révolutionnaires de construire. C’est un artiste complet, car il a fait les Beaux-Arts avant d’étudier l’architecture, et il a aussi produit de nombreuses peintures, sculptures, gravures, tapisseries, et même de la haute couture avec une ligne de carrés de soie et des costumes (le tout visible sur son site internet gratalouparchitecte.ch). Il a également immortalisé par de nombreux clichés aux quatre coins du globe, des endroits et des édifices qui n’existent parfois plus aujourd’hui, ce qui rend ces prises de vue d’autant plus précieuses et uniques.

Daniel Grataloup

Intérieur de la villa d’Anières, 1972, @gratalouparchitecte.ch

 

Cette production prolifique de toute une vie hors du commun de recherches permanentes, constitue un fonds considérable qui a été confié par Daniel Grataloup au département des monuments et des sites de la ville de Genève.

Du 6 septembre 2022 au 29 janvier 2023, une partie de ce fonds sera exposée afin de donner au public un aperçu de son travail à travers le temps et les sujets. Le vernissage aura lieu à Genève, le 13 septembre prochain, à 18 heures, dans les locaux du MAMCO, 10 rue des Vieux Grenadiers.

 

Du même auteur :

Geneva Buzz’Art : Stéphane Ducret nous parle du « métier d’artiste »

Les interventions d’Aliph dans les zones en conflit

« La prochaine pandémie sera numérique »

 

Photo credits : Lorenzo Romano ; gratalouparchitecte.ch

Lorenzo Romano Lorenzo Romano

Histoire, communication, peinture, architecture, psychologie et montage vidéo. Voilà autour de quoi s’articulent mes intérêts, mes domaines d’activités, mes passions.
Mes études m’ont donné une structure et une formation solide pour pratiquer bon nombre d’entre eux.
De caractère curieux et parfois déterminé, intrépide et rusé s'il le faut, je ne recule pas devant l’obstacle quand le sujet me plaît.
Historien de cœur et de formation, aimant les divers canaux de communication et reporter dans l’âme, je mets volontiers mes compétences au service de l’écriture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.