Comment les multinationales ont changé la Suisse

Print Friendly, PDF & Email

multinationalesComment tout a commencé

Les multinationales suisses ont commencé à devenir attrayantes bien après le 19ème siècle. Avant cela, la suisse était un pays pauvre, appelé le « parent pauvre de l’Europe ».

Pour sortir de ces temps difficiles, la Confédération a créé l’État Fédéral en 1848. Avant cela, il y avait des douanes internes et chaque canton avait sa propre monnaie, ce qui rendait le commerce difficile.

Mais en 1848, la monnaie fut uniformisée dans tout le pays et les douanes intérieures supprimées, ce qui facilita l’échange de marchandises. La liberté du commerce et des professions industrielles sont garanties.

N’ayant que très peu de matières premières, la population suisse crée des montres à partir du peu de matières précieuses présentes dans le pays.

Dans le même temps, profitant de la révolution industrielle, les entreprises suisses développent le secteur du textile. Pour garder leur autonomie au sein de ce secteur, elles investissent dans l’industrie des machines et l’industrie chimique pour fabriquer leurs propres colorants. Finalement, pour pouvoir financer ces activités, la Suisse développe le secteur bancaire.

Pour la petite histoire, la première machine textile a été fabriquée en Suisse en 1805 par la société Escher, Wyss & Co à Zurich pendant les guerres de Napoléon qui rendaient l’importation et le service des machines impossible.

Aussi, la première usine chimique a été fondée en 1804 par Daniel Frey à Aarau, mais l’accroissement de l’industrie chimique a réellement commencé en 1859 avec le déplacement d’Alexandre Clavel, Louis Durant et Étienne Marnas, depuis la France jusqu’à Bâle pour créer leurs colorants.

La taille du marché suisse étant restreinte, alors que les secteurs ci-dessus évoluent favorablement, les entreprises se lancent assez rapidement dans l’exportation. Malgré une concurrence très rude, elles parviennent à s’imposer sur le plan international, grâce à des produits particuliers.

 

Le poids économique des multinationales en Suisse

Aujourd’hui, les multinationales participent directement à la création d’un emploi sur trois. D’une part, les multinationales emploient environ 1.29 millions de personnes, ce qui inclut les entreprises étrangères basées en Suisse (qui emploient 430’000 personnes).

D’autre part, les multinationales font vivre les petites et moyennes entreprises (PME) en leurs donnant des contrats de services et livraisons.

Selon SwissHoldings, elles contribuent aussi à l’économie en représentant un tiers du PIB suisse et en payant un tiers des impôts fédéraux, cantonaux et municipaux, ce qui n’est pas négligeable pour notre Confédération.

Pour participer encore plus à notre économie, les multinationales fournissent un grand nombre de places d’apprentissage pour les nouvelles générations, dans différents secteurs et offrent la possibilité de formations continues pour les jeunes diplômés.

Plus qu’un investissement, les multinationales (suisses et basées en Suisse) fournissent deux-tiers des exportations suisses.

Elles font donc avancer les activités d’innovation en Suisse et garantissent la réputation de celle-ci, comme nation de savoir-faire international.

 

Les multinationales suisses ont débuté comme toute petite entreprise et sont devenus ce qu’elles sont, grâce à différents facteurs.

Elles contribuent au bon fonctionnement de l’économie suisse par le biais de divers éléments, que ce soit en payant des impôts qui représentent un bon montant ou par son investissement dans la formation des employés et futurs employés. La Suisse a besoin des multinationales pour que l’économie de cette dernière ne chute pas.

Source :

http://www.swissholdings.ch/fr/societes-multinationales-en-suisse/significance-economique/aspects-historiques/
http://histoire-suisse.geschichte-schweiz.ch/industrialisation-suisse.html
https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89conomie_de_la_Suisse#Histoire

 

Yllke Jashari Yllke Jashari

Avec un CFC employée de commerce dans le secteur hôtelier, j’ai développé suffisamment de compétences pour travailler autant au Back Office qu’au Front Office.

Ma capacité d’adaptation, ma nature positive et ma motivation d’acquérir des nouvelles connaissances sont les piliers de ma personnalité. Orientée service client, j’ai toujours mis la satisfaction d’une clientèle multiculturelle exigeante et variée au cœur de mes priorités.

With a CFC in Administration while working in the hotel sector, I have developed the skills and experience to work in both the Back and Front Office.

My adaptability, positive nature and motivation to learn are the pillars of my personality. As I am also client orientated, I have always put the satisfaction of the international clientele who I have worked with at the heart of my priorities.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.