Les pièces emblématiques : Le relief Magnin de la Maison Tavel

Print Friendly, PDF & Email

Nous poursuivons notre série d’articles sur les pièces emblématiques des musées genevois. Le but est de partir à la rencontre de ces musées à travers l’œuvre qui les représente le mieux. Chaque article sera donc consacré à un musée différent, que nous approcherons par le biais de leur sélection.

 

La Maison Tavel

Ouverte en 1986, la Maison Tavel est le musée de l’histoire urbaine de Genève et de sa vie quotidienne. Discrètement localisé non loin de l’ancien arsenal et de la cathédrale Saint-Pierre, il est installé dans un bâtiment exceptionnel qui est la plus ancienne demeure privée genevoise.

Ce musée, complètement centré sur le passé de Genève, du Moyen Âge au 19e siècle, abrite des gravures, des peintures, des cartes, des maquettes, du mobilier et d’autres objets dans son exposition permanente. Les expositions temporaires, quant à elles, sont en lien avec Genève et ses habitants.

 

La pièce sélectionnée

Le choix s’est porté sur le relief Magnin. Cette maquette, chef-d’œuvre de l’architecte genevois Auguste Magnin, représente la ville de Genève dans ses murs. Cet impressionnant relief de 30m2 pesant 670 kilos a été réalisé en 18 ans avec l’aide d’une équipe d’artisans.

En 1849, le gouvernement décide de démolir les fortifications pour permettre l’extension de la ville. En effet, elles n’avaient plus d’utilité en cette période de paix et freinaient le développement démographique et économique.

Auguste Magnin décide, pour conserver l’image de la ville qu’il avait connue enfant, de faire un relevé détaillé de toutes ses composantes. Trois échelles différentes sont utilisées pour une meilleure lisibilité : 1:250 pour le plan, 1:200 pour l’élévation des constructions et 1:100 pour le terrain.

Cette maquette est présentée à l’exposition nationale en 1896. Elle est ensuite achetée par la Ville avec la participation de l’État de Genève et de donateurs privés. Destinée à être exposée dans le futur Musée d’art et d’histoire de Genève, elle est placée, à son ouverture en 1910, dans la salle du château de Zizers. En 1911, le relief est déplacé dans la grande salle du Vieux-Genève pour finalement être déplacé à nouveau dans les combles de la Maison Tavel dès son ouverture en 1986.

 

Explication du choix

Ce relief « est sans conteste l’œuvre incontournable de la Maison Tavel, haut lieu de l’histoire genevoise. »

L’ampleur de ce projet, sa précision et sa complexité ont nécessité de longues années d’études et de travaux à Auguste Magnin et à son équipe d’artisans spécialisés. « Il nous fournit une image fixée dans le temps de la ville encore enserrée dans ses trois rangs de fortifications, juste avant que ne débutent le démantèlement de ses murailles et le comblement de ses fossés. »

Ce relief est donc un témoignage précieux et un aperçu de cette ville à une époque qui nous paraît déjà bien lointaine.

 

Difficulté du choix

Avec un tel objet d’exception, il était difficile de choisir une autre pièce. Cette pièce singulière a d’ailleurs fait l’objet d’une opération originale il y a deux ans. Le MAH et la fondation suisse Artanim ont numérisé l’intégralité du plan-relief afin de créer un scénario de réalité virtuelle. Il était possible alors d’explorer Genève en 1849. « Outre l’équipement de réalité virtuelle (casques et capteurs de mouvement sur le corps pour donner vie à son avatar), la mise en scène était complétée par des odeurs, des objets et des vibrations. Le visiteur était projeté dans le passé et devenait témoin du soulèvement révolutionnaire lancé par James Fazy, celui-là même qui décidera de la destruction des fortifications ».

Cette animation proposée par la Maison Tavel a eu tellement de succès qu’elle a été renouvelée à l’automne 2019 au MAH. Les possibilités qu’offrent les nouvelles technologies pour aborder l’histoire font partie des nouveaux formats que souhaite utiliser son directeur pour le « musée du futur ».

 

Autres informations :

Le Relief Magnin: redécouverte d’une maquette hors du commun par Murielle Brunschwig

Le plan relief dit relief Magnin

 

Dans la même série :

Les pièces emblématiques des musées genevois par Tamara Zanetti

La Pêche miraculeuse du Musée d’art et d’histoire de Genève par Tamara Zanetti

Les ghostnets du MEG par Tamara Zanetti

 

Crédit photo :

Le relief Magnin, ©Musée d’art et d’histoire, photo : J.-M. Yersin

Tamara Zanetti Tamara Zanetti

Dans mon enfance je réfléchissais déjà de manière innovante lorsque dans mes cours de théâtre, nous devions choisir une œuvre, afin de créer une histoire autour de celle-ci, qui deviendrait la pièce que nous jouerions.
C’est là qu’est né mon attrait pour la réalisation de projets : participer de manière active à la concrétisation d’une idée, réaliser les recherches nécessaires, accompagner le déroulement et échanger avec les différents partenaires pour assurer un produit final de qualité.
Ma curiosité, mon organisation et mon écoute attentive me permettent de trouver rapidement des solutions adaptées et créatives.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.