Marché du travail : La Suisse va manquer de bras dès 2021

Print Friendly, PDF & Email

geneva business news

La Suisse va manquer de bras avec le déferlement de départs à la retraite des baby-boomers attendus ces prochaines années. D’ici deux ans, il y aura plus de départs que d’entrées sur le marché du travail relève Sara Carnazzi – Weber, économiste au Crédit Suisse.

Au plus haut de la vague en 2029, un niveau de 18’500 sortants pourrait être atteint. 1.1 million de personnes vont atteindre l’âge de la retraite dans les 10 ans, ce qui causera une pénurie de main-d’œuvre alors que le taux de chômage atteint difficilement un petit 2.1% en Suisse.

La banque au logo composé de 3 clés et de 3 lettres disait craindre que l’économie suisse manque de 330 000 personnes sur le marché du travail au cours des dix prochaines années.

Les baby-boomers, nés entre 1946 et 1964 sont particulièrement nombreux dans le secteur primaire, (agriculture et sylviculture), soit environ 35% des effectifs. Ce chiffre peut grimper à presque 62% si l’on inclut les personnes issues des années à forte natalité, soit celles nées avant 1974

Les secteurs économiques du secondaire et du tertiaire seront également touchés, mais dans une moindre mesure, cependant il est fort probable que les services administratifs et sociaux (y compris la santé) soient impactés.

Les solutions pour pallier ce manque sur le marché du travail

L’automatisation devrait permettre d’améliorer les choses. 25% des PME suisses misent expressément sur la numérisation et l’automatisation pour combler le manque de spécialistes. En raison du vieillissement de la population, la situation sera particulièrement délicate dans le domaine de la santé.

Augmenter l’âge de la retraite pourrait être une piste, mais seulement une minorité de PME y songent, soit une sur quatre selon l’enquête de la Tribune de Genève. De plus, seulement 7% des seniors âgés de 66 à 74 ans se disent intéressés.

Et si c’était une opportunité pour relancer les quinquagénaires et plus ? Selon un article du journal la Côte du 7 juin dernier, le chômage est en recul, mais celui des seniors reste inquiétant. Dans la catégorie des 50 ans et plus, le chômage de longue durée et les gens qui sortent des statistiques après avoir épuisé leur droit aux prestations est jugé préoccupant. Dans cette catégorie, l’explosion du chômage de longue durée et l’absence de suivi des gens qui sortent des statistiques restent cependant inquiétantes.

 

Source :
Tribune de Genève du 18 septembre 2019
la Côte du 7 juin 2019

Photo by J Engler from FreeImages

Laurent Giudici

Laurent Giudici


“Plus de 20 ans d’expérience dans le secteur des biens de consommation (FMCG) et plus de 8 ans dans l’industrie du luxe. Compétent en gestion de projets; achat; planification de la demande ou de l’offre ainsi que gestion d’équipe. Ma passion est de créer un réseau professionnel solide avec des partenaires commerciaux externes. Cela m’aide à développer des stratégies Gagnantes – Gagnantes et robustes d’achat et de chaîne d’approvisionnement afin de maximiser le retour sur investissement et la rapidité de mise sur le marché”
Je suis passionné par l'industrie horlogère suisse, en particulier par les entreprises qui allient respect de la tradition et excellence tout en continuant d'innover

*******************************************************************************************************

“Over 20 years in end to end strategic planning to deliver marketing materials within the Fast-Moving Consumer Goods (FMCG) sector and 8 years in the Luxury industry. Skilled at project management; purchasing; demand or supply planning; and team management. My passion is building a strong professional network with external business partners. This helps me develop robust ‘Win-Win’ Purchasing and Supply Chain strategies with multiple suppliers to maximise return on investment and speed to Market”
I am passionate about the Swiss watch industry, particularly those companies which combine respect for tradition and excellence while continuing to innovate

Comments

  1. Julia Quintanar

    La solution est claire : profiter de l’expérience inestimable des seniors jusqu’à la veille de la retraite pour aider à former les jeunes et, d’autre part, ouvrir le marché aux jeunes travailleurs étrangers bien formés dans leur pays d’origine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.