Notions fondamentales de la comptabilité financière

Print Friendly, PDF & Email

comptabilité

 

Suite à l’article sur les principes comptables, nous allons maintenant explorer les notions fondamentales de la comptabilité financière, à savoir les éléments qui se trouvent dans les états financiers, les règles de comptabilisation, les systèmes d’évaluation des coûts et la relation qui existe entre le résultat et les cash-flows. Cet article apportera certaines réponses concernant le fonctionnement de la comptabilité.

 

Eléments des états financiers

Les états financiers émis par une entreprise servent à donner une information juste et précise sur la situation financière et la performance d’une entité, à un moment précis dans le temps. Il s’agit ici de distinguer la situation financière qui est un bilan, constitué d’actifs de capitaux propres et de passifs externes (dettes), et la performance financière de l’entreprise qui s’apparente à un rapport de pertes et profits, dans lequel nous trouverons les produits et les charges (compte de résultat).

 

Actifs, passifs et capitaux propres

Un bilan est constitué de deux parties : la partie de gauche, « les actifs », constituent les avoirs de l’entreprise et la partie de droite, « les passifs », sont les dettes. La différence entre les deux éléments constitue les capitaux propres.

  • Un actif est une ressource utilisée par une entreprise dans le but d’obtenir des avantages économiques futurs. Nous distinguons deux types d’actifs : circulants et immobilisés.
    1. Les actifs circulants ne restent généralement pas longtemps dans l’entreprise. Ce sont les comptes bancaires, la trésorerie, les comptes clients ou encore les stocks.
    2. Les actifs immobilisés, quant à eux, regroupent les machines, le mobilier, le matériel informatique, les véhicules ou encore les immeubles. Ils constituent donc des éléments qui vont durer dans le temps.
  • Un passif externe ou une dette est une obligation de l’entreprise qui va engendrer dans un futur plus ou moins proche une diminution des ressources de l’entreprise, ce qui implique une baisse de la valeur de la société. Les emprunts, dettes financières, provisions, ainsi que les montants que l’entreprise doit payer à ses fournisseurs constituent généralement cet élément du bilan. Les provisions constituent des dettes à payer dont l’échéance ou le montant est encore inconnu.
  • Les capitaux propres sont constitués de l’investissement des associés, des différentes réserves constituées au fil du temps, du résultat de l’exercice et des subventions.

 

Le compte de résultat

Le compte de résultat nous montre ce qui s’est passé lors d’un exercice comptable et explique donc l’activité économique de la société pendant cette période. Il est constitué des produits et des charges de l’exercice comptable. La soustraction des charges face aux produits donne le résultat de l’exercice.

  • Les produits sont une augmentation de la richesse de l’entreprise résultant souvent de la vente de biens ou de services, mais aussi des intérêts perçus, des subventions reçues et d’autres éléments exceptionnels.
  • Les charges sont la diminution de la richesse de l’entreprise, du fait de paiements de différentes factures. Elles sont constituées des achats de marchandises, des salaires, des intérêts à payer, des impôts, des loyers, assurances et autres éléments susceptibles de diminuer la trésorerie de l’entreprise.

 

Les règles de comptabilisation

Il s’agit ici de répondre à la question : Quand est-ce que nous devons comptabiliser un élément ?

Il faut comptabiliser si les impacts économiques futurs (les gains et les pertes) sont probables, et si le coût ou la valeur de cet élément peut être mesuré avec fiabilité. Il est donc interdit de constituer une provision pour un événement qui n’a pas lieu d’être, tout comme il est n’est pas possible d’enregistrer un gain supérieur au montant réel perçu.

 

Les systèmes d’évaluation

L’évaluation sert à déterminer le montant monétaire auxquels les différents biens vont être comptabilisés. En effet, selon la méthode utilisée, le montant présent dans les états financiers sera peut-être différent. Il existe différentes évaluations possibles : le coût historique, et la valeur actuelle, qui se subdivise en trois (juste valeur, valeur d’utilité et coût actuel).

  • Le coût historique est un système qui évalue un actif au coût d’acquisition soustrait des dépréciations (amortissements) nécessaires. Pour un passif, cela représente le montant à payer soustrait des transactions déjà effectuées.
  • La juste valeur représente le prix auquel un actif serait vendu (ou un passif remboursé) lors d’une transaction normale à une date d’évaluation précise.
  • La valeur d’utilité correspond à la valeur actualisée des cash-flows futurs. Cela représente donc la valeur que l’entreprise va faire du bien, basée sur son utilité et les prévisions de ventes qu’elle compte faire dans le futur.
  • Le coût actuel est le coût qui devrait être payé pour acquérir un bien équivalent à la date d’évaluation de l’actif.

Généralement, le coût historique est appliqué, mais la juste valeur est utilisée pour certains cas précis.

 

La relation cash-flows et résultat

Il s’agit tout d’abord de distinguer la différence qui existe entre le résultat et le cash-flow :

  • Le résultat est une notion comptable basée sur la différence entre les produits et les charges. Ces éléments ne sont pas forcément liés à une entrée ou à une sortie d’argent.
  • Le cash-flow est un élément financier utilisé pour connaître les variations de flux de trésorerie. C’est donc la différence obtenue entre ce qu’une entreprise a reçu et ce qu’elle a payé (encaissement et décaissement).

Par exemple, les dotations aux amortissements ou les provisions sont présentes dans le résultat, mais pas dans les cash-flows. En effet, ces deux éléments spécifiques affectent la valeur d’un actif ou une prévision d’un litige, mais ce ne sont pas des sorties de flux monétaires. Afin de calculer les cash-flows en fonction du résultat, il faut éliminer les charges non décaissées, comme les amortissements et les provisions, ainsi que les produits non encaissés comme les reprises de provisions ou les ventes à crédit. Il faut également tenir compte d’un élément intitulé « le besoin en fond de roulement », qui représente les capitaux nécessaires liés à l’activité de l’entreprise. Il peut être trouvé en soustrayant les dettes à court terme des actifs circulants.

Nous avons donc vu dans cet article les notions fondamentales de la comptabilité, qui sont utilisées afin de rendre les états financiers le plus précis possible. Les éléments constituant les états financiers, les règles de comptabilisation, les évaluations de coûts, ainsi que les notions de cash-flow et de résultat sont, comme intitulé dans l’article, des notions fondamentales et nécessaires à la tenue de la comptabilité.

 

Lectures complémentaires :

Les principes de la comptabilité financière par

Rôle et mission de la comptabilité par

Le principe de la comptabilité en partie double par

 

Photo credit :  minervastock via despositphotos. com

Jonathan Oggier Jonathan Oggier

Professionnel en comptabilité et possédant 5 années d’expérience ainsi qu’un Bachelor HEC, je m’occupe de la tenue des comptes des sociétés, tout en suivant les flux financiers. Ceci implique, entre autres, les opérations, paiements, réconciliations, management de contrats, budgets, clôtures. Je suis efficace, engagé et intègre, avec de solides connaissances du logiciel CPS (logiciel de comptabilité), Salesforce, ainsi que Excel. De langue maternelle française, je parle également couramment l’anglais.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.