“O FIM DO MUNDO”, un film de Basil Da Cunha au cœur de Reboleira

Print Friendly, PDF & Email

O Fim Do Mundo est le deuxième long métrage de Basil Da Cunha. Il était présenté ce samedi 25 janvier au Festival Black Movie à Genève en présence du réalisateur et de certains membres de l’équipe du film.

o fim do mundo

O Fim Do Mundo : Une déclaration d’amour

O Fim Do Mundo est un conte social émouvant qui suit Spira, un jeune du quartier de Reboleira tout juste sorti de maison de correction. Basil Da Cunha détourne le film de genre, pour raconter à sa manière, le destin de Spira et de ses deux acolytes, Sfera et Giovanni. On découvre avec amour ces personnages joués par des jeunes du quartier de Reboleira en banlieue de Lisbonne.

La caméra épaule de Basil, nous amène au plus proche des personnages et donne toute sa beauté au récit. Il est question, pour le metteur en scène, de filmer les gens avec beaucoup d’amour et de les laisser exister.

C’est avec grand succès que Basil Da Cunha réussit à nous transporter dans son univers et à nous faire vivre les émotions de ces personnages. Le destin, parfois très dur, de ses trois compagnons de route, n’empêche pas une certaine poésie et du rire par moments.

Une vision forte et humaniste portée par un casting authentique

Le film trouve un équilibre juste entre l’amour, la haine, la vie, la violence, la joie et la tristesse. La société qui y est dépeinte, est solidaire, joviale même dans les moments les plus douloureux, comme la destruction de leurs maisons. Les dialogues sont finement improvisés, fruit d’un scénario élaboré.

Le casting regroupant uniquement des habitants du quartier de Reboleira, dont aucun n’est acteur professionnel, joue un grand rôle dans la place laissée à l’improvisation et aux histoires de chacun. Les images sont sublimes et donnent un ton sensuel aux personnages. Les lumières sont subtilement choisies, de sorte à ne pas perturber la vie du quartier et reprennent les codes du film noir.

Somme toute, le film met à l’honneur les habitants de ce quartier et leur permet d’exister à travers une vision forte et humaniste.

Le film sortira en salle le 26 février à Genève et le 11 mars à Lausanne; à voir absolument avant qu’il ne soit trop tard.

Salah El Amri Salah El Amri

Je suis réalisateur indépendant mais je suis également monteur et chef-opérateur. J'ai effectué des tournages dans de nombreux environnements; de La Havane aux hauteurs de St-Alban, en passant par l'Armée Suisse à Berne. J'ai eu la chance de faire des rencontres qui m'ont amené à mieux comprendre les valeurs humaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.