Passez son prochain entretien d’embauche avec un algorithme, mythe ou réalité ?

Print Friendly, PDF & Email

algorithme

L’importance des médias sociaux dans notre monde actuel n’est plus à démontrer. En matière de recrutement, ceux-ci sont en passe de devenir l’élément essentiel, voire incontournable pour les ressources humaines des entreprises ou pour les cabinets spécialisés sur le marché de l’emploi.

Selon Christian Charrière, représentant de ARFAD (Association Romande des Formatrices et Formateurs d’Adultes Diplômés), près de 85% des offres d’emploi ne sont pas publiées. Nous comprenons donc mieux comment le monde des entreprises utilise la puissance des réseaux et ses possibilités de diffusion quasi infinie générés par Facebook, Linkedin, Twitter, etc.

Identifier un candidat potentiel

Selon un article paru dans le magazine Bilan, il apparaît que certains intervenants du système ont mis en place des processus de recrutement inventifs. Ainsi, MyJobCompany considère que chaque acteur du processus de recrutement est un créateur de valeur. Par conséquent, ce site cherche à mettre en place des modèles de redistribution où n’importe quel internaute peut devenir diffuseur MyJobCompany et choisir des offres d’emploi selon ses critères, afin de les envoyer à un candidat potentiel. Le principe est simple : cooptez un membre de votre réseau et gagnez une prime.

Au-delà des moyens traditionnels que sont le curriculum vitae et la lettre de motivation, les réseaux sociaux permettent d’optimiser son profil professionnel et d’activer ses contacts.

Identifier un candidat potentiel au travers de ses données personnelles peut s’avérer très utile et ce, avant même qu’il n’ait manifesté son intérêt pour une offre d’emploi. La société Entelo a développé le produit  « Sonar » dont le concept « Know when top talent is on the move » est original et surtout innovateur. En d’autres termes, ce produit détecte les candidats passifs sur le marché du travail au moyen d’un algorithme en cours d’homologation et ce, avec l’aide de plus de 70 variables indicatives sur la potentialité d’un changement de carrière, tels que annonces de licenciement, restructuration, variation des indices boursiers ou encore fusions-acquisitions.

Fin de l’entretien d’embauche ?

Etudier le comportement des personnes, candidats potentiels, au travers d’algorithmes puissants semble être la nouvelle tendance. En effet, cela permet d’identifier le caractère, la motivation et les besoins du candidat, en un mot sa personnalité, sans avoir besoin de passer un entretien d’embauche.

Toujours selon le magazine Bilan, des sociétés ont ainsi mis au point des logiciels capables d’améliorer la productivité des postes de travail et d’identifier les spécificités de leurs collaborateurs pour optimiser l’engagement de personnel possédant un profil similaire. Corollaire : la durée des interviews pour un poste à pourvoir a été divisée par quatre.

Un mot sur la sociométrie

Dans les années trente, le psychiatre Jacob Levy Moreno a étudié la sociométrie qui a été perçue comme précurseur de l’analyse des réseaux sociaux et de la psychologie sociale. La sociométrie est l’étude des relations interpersonnelles d’un groupe à un moment précis et pour une situation donnée. Elle permet de représenter les attirances et les rejets des individus au sein d’un groupe, ce qui peut conduire à des actions de réorganisation du travail, afin que celui-ci gagne en efficacité.

Fondé sur cette théorie, l’article du magazine Bilan explique qu’une entreprise pionnière place des capteurs dans les badges des employés pour observer la dynamique sociale et les comportements de ceux-ci sur leur lieu de travail. Une grande banque américaine a ainsi découvert que les salariés les plus productifs étaient ceux qui prenaient leur pause en groupe. La productivité a ainsi grimpé de plus de 20% quand le management a instauré des pauses collectives.

Alors mythe ou réalité ?

Dans la société occidentale où tout va trop vite, l’être humain a de la peine à s’y retrouver. Imaginer que son avenir professionnel pourrait dépendre dans un futur proche d’algorithmes est pour le moins perturbant et irrationnel. Ces nouvelles technologies doivent rester un support au service de l’humain, mais, en aucun cas, devenir l’unique solution.

image bébé computerLes comportements humains n’évoluent pas au même rythme que les technologies 1 

Partant de ce constat et pour les générations futures, osons espérer que les ressources humaines feront toujours confiance au jugement humain pour évaluer le bon profil d’un candidat. Mais au rythme où évolue le monde dans lequel nous vivons, il y a fort à parier qu’espérer que les technologies ne prennent pas le dessus sur le facteur humain reste vœu pieux.

Alors passez son prochain entretien d’embauche avec un algorithme, mythe ou réalité ?

Sources :

1 citation de Henri Isaac, docteur en sciences de gestion

http://www.bilan.ch/techno-les-plus-de-la-redaction/les-rh-vont-elles-se-passer-des-humains

http://www.myjobcompany.com

https://www.entelo.com/features/sonar

Photo credit: marsmet481 via photopin cc, rAmmoRRison via photopin cc

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.