Dans la peau d’un microbiologiste

FavoriteLoadingPlacer dans les favoris
Print Friendly

microbiologisteEn plus des articles publiés normalement, en cette période estivale, nous avons décidé de mettre en lumière d’anciens articles qui ont eu beaucoup de succès ou que nous avons particulièrement aimés.

La microbiologie : qu’est-ce que c’est ?

La microbiologie est la science qui étudie les microorganismes, à savoir les êtres vivants de dimension microscopique qui existent sous forme de cellules individuelles ou des groupes de cellules.

Les objets d’étude de la microbiologie sont les bactéries, les champignons, les algues et les protozoaires. Les virus sont également inclus.

Les microorganismes sont présents dans tous les environnements, y compris le sol, l’eau et l’air. Ils participent à toutes les fonctions vitales. Bien qu’il n’existe aucun doute que les bactéries et les virus sont les plus nombreux et les plus importants agents pathogènes, l’étude de la microbiologie est également reliée à la mycologie et la parasitologie.

Cette science a pour but d’étudier ces organismes en détail et d’observer leurs processus vitaux tels que la croissance, la reproduction, le vieillissement et la mort.

En modifiant la composition de l’environnement, nous pouvons modifier les activités métaboliques, réguler leur croissance, et même changer certains détails de la structure génétique sans provoquer la destruction des microorganismes.

La microbiologie joue un rôle clé dans l’amélioration de notre santé et de notre bien-être. Au cours des dernières décennies, elle a également contribué de manière décisive au développement de la biologie moléculaire et de la génomique.

Les professionnels de la microbiologie sont capables de superviser l’isolement, la caractérisation et l’identification d’un microorganisme.

La pratique de la microbiologie requiert des connaissances scientifiques et techniques, ainsi qu’une solide expérience.

L’objectif d’un microbiologiste est de comprendre comment fonctionnent les microorganismes et, sur la base de cette compréhension, de trouver des moyens d’exploiter les aspects positifs de leur activité et d’éviter les aspects négatifs.

Pour mieux comprendre l’importance de la microbiologie, il suffit de noter quelques études, prix et projets de recherche récents en Suisse:

  • Dr. Olesya Panasenko (Université de Genève, Faculté de Médecine, Département de Microbiologie et Médecine Moléculaire) a gagné en 2013 un prix pour la réalisation de son projet de recherche – L’assemblage du protéasome et son interconnexion avec l’agrégation de protéines spécifique aux maladies neurodégénératives. Ce projet se concentrait sur les mécanismes moléculaires de l’assemblage et la stabilité du protéasome et de son rôle dans l’agrégation des protéines dans les maladies d’Alzheimer et de Huntington.
  • Des chercheurs du groupe du Prof. Joachim Lingner, à l’Institut ISEC de la Faculté des Sciences de la Vie à l’EPFL, décryptent l’immortalité cellulaire. L’étude d’un élément de ce mécanisme essentiel à la formation de la plupart des tumeurs permet de mieux comprendre pourquoi les cellules cancéreuses sont programmées pour se diviser à l’infini, sans jamais mourir.
  • Des chercheurs de l’EPFL mettent au point une méthode «prometteuse» contre des maladies auto-immunes comme le diabète de type 1 ou la sclérose en plaque. Ils ont ainsi fait disparaître les symptômes de la maladie en rééduquant les globules blancs.

Comment devenir microbiologiste

En Suisse pour accéder à cette profession, il faut avoir fait des études supérieures de biologie, chimie, médecine, pharmacie et après obtenir un titre de spécialiste en microbiologie organisé par la FAMH.

Il est fortement conseillé d’opter pour les profils de formation avec stages, afin d’acquérir plus rapidement des compétences pratiques et de l’expérience de travail.

Domaines d’application de la microbiologie

Il existe de nombreux aspects de l’étude de microbiologie, qui sont divisés en deux grands domaines : la microbiologie basique et la microbiologie appliquée.

  • La microbiologie basique étudie la nature et les propriétés des microorganismes (les caractéristiques génétiques morphologiques, physiologiques, biochimiques, etc)
  • La microbiologie appliquée étudie comment les microorganismes peuvent être contrôlés ou utilisés dans diverses pratiques. Les principes de la microbiologie appliquée comprennent les domaines industriels, cliniques/pharmaceutiques, alimentaires/agricoles, ainsi que les secteurs de l’environnement et de la recherche scientifique.

Domaines de travail pour un microbiologiste

Un microbiologiste peut travailler dans plusieurs domaines, notamment:

  • Alimentaires
  • Qualité et santé environnementales
  • Industries pharmaceutiques, cosmétiques, biotechnologiques
  • Cliniques (analyses génétiques, biochimies ou microbiologique)
  • Consulting et marketing dans les domaines alimentaires, cliniques et environnementaux
  • Formation (enseignant) et investigation

Tâches et responsabilités d’un microbiologiste dans différents domaines

  • En microbiologie industrielle et environnementale, il s’agit souvent d’analyses en laboratoire de substances telles que les eaux potables, eaux industrielles, eaux usées, eaux balnéaires, échantillons du sol. Le microbiologiste cherche des traces de bactéries ou de parasites qui pourraient causer des problèmes environnementaux.
  • En microbiologie alimentaire ou agricole, l’analyse en laboratoire se focalise plutôt sur certains contaminants alimentaires (pesticides, métaux lourds, etc), aliments, produits agricoles et substances naturelles afin d’y déceler des microorganismes (notamment les bactéries) qui risquent d’être dangereux pour la santé humaine ou animale.
  • En microbiologie médicale ou pharmaceutique, l’analyse en laboratoire se porte sur des médicaments, produits naturels et drogues dans l’objectif de vérifier s’ils présentent des dangers pour la santé humaine ou animale.
  • En recherche scientifique, le microbiologiste effectue des recherches dans un champ spécifique de la microbiologie afin de résoudre certains problèmes, de développer de nouvelles techniques d’analyses, de mieux comprendre le fonctionnement des microorganismes, de mieux connaître un type de microorganisme spécifique, ou même d’encadrer et de diriger des projets de recherches.

Être microbiologiste…

Pour choisir cette profession, il faut avoir une grande curiosité scientifique et être passionné par ce métier.

Il faut aussi être organisé, méthodique, aimer travailler en équipe, être polyvalent et rigoureux. Un bon sens de l’observation, de l’initiative, de l’analyse et de la synthèse sont également requis.

Il faut être prêt à rédiger des rapports officiels et éventuellement à superviser le travail des techniciens de laboratoire. Surtout, il faut aimer les bactéries !

« Dès que la bonne méthode a été trouvée, les découvertes viennent aussi facilement que des pommes mûres sur un pommier. »      – Robert Koch

Sources:

http://www.sciencepresse.qc.ca/blogue/2010/06/01/microbiologiste

http://www.historylearningsite.co.uk/robert_koch.htm

https://www.famh.ch/formation-postgraduee-continue/formation-postgraduee-famh/

http://www.academies-suisses.ch

http://www.tdg.ch

Photo credit: Nathan Reading via photopin cc

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Vera Salgado Vera Salgado

Degree in Microbiology from Universidade Catolica Portuguesa – ESB in Portugal in 2004.
Experience in clinical laboratory analysis ( haemotology, immunology,clinical microbiology, clinical chemistry ) and water laboratory analysis ( environmental microbiology and environmental chemistry ). Also worked as Head of Microbiology and Chemistry.

Comments

  1. Gabriela

    Excellent article sur une spécialisation dont on parle peu! J’apprécie particulièrement les précisions données pour ceux qui souhaiteraient s’investir dans ce domaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *