Quand architecture et musique résonnent

Print Friendly, PDF & Email

 

Johann Wolfgang von Goethe, célèbre poète, romancier, dramaturge, diplomate et homme d’Etat allemand du XVIIIe siècle écrivait dans sa Lettre à Eckermann, datée du 4 février 1829, que « l’architecture, c’est de la musique figée ». L’existence d’une symbiose entre l’architecture et la musique n’est pas discernable au premier abord, mais est cependant bel et bien présente.

L’architecture se définit comme une science. Technique de la construction, de la restauration et de l’aménagement des édifices, selon des critères esthétiques et des règles sociales déterminés, elle mélange les matières à l’espace.

La musique quant à elle, se définit comme culturelle. Elle intègre principalement la notion du rythme, en combinant les sons au silence.

Ces deux expressions artistiques sont susceptibles, par leur interprétation, de faire naître chez l’individu une émotion subjective. On discerne là, une corrélation du langage des émois.

Dans la musique, l’œuvre est créée par un compositeur, un artiste. Dans sa genèse, l’architecte est lui aussi un artiste et accessoirement un technicien spécialisé dans l’art de la conception de bâtiments.

Le célèbre compositeur allemand Jean-Sébastien Bach fait le lien, étant communément qualifié d’architecte.

Histoire et mythe

À l’aide de divers mythes et ouvrages, architecture et musique ont été étroitement liées.

Dans la mythologie grecque, le mythe d’Amphion, poète et musicien qui au son de sa flûte ainsi que de sa lyre était capable de déplacer les pierres. La légende dit que les remparts de Thèbes furent construits au son de sa lyre.

La bataille de Jéricho dans le livre de Josué, fait quant à elle référence aux sons des trompettes qui firent tomber les murs de la ville.

Musique des matières 

La musique donne matière à la création. Les édifices qui meublent notre environnement ambiant seraient des instruments musicaux en attente d’auditeurs, détenant la clef de leurs fréquences.

De ce fait, nous vous proposons une sélection de deux créations architecturales helvétiques auxquelles nous avons attribué deux compositions musicales. Le but étant de révéler, de manière subjective, la sonorité ancrée dans ces œuvres d’art.

Église paroissiale catholique romaine d’Hérémence par Walter Fördere

Walter Maria Förderer était un sculpteur, architecte, professeur d’université et homme politique suisse, connu grâce à la construction d’églises et d’écoles.  Il est l’un des principaux représentants de l’architecture de l’église néo-expressionniste dans les années 60. Ses bâtiments d’église sont caractérisés par des plans d’étage polygonaux, la combinaison avec un centre paroissial, des volumes complexes et imbriqués ainsi qu’un éclairage indirect.


Thermes de Vals par Peter Zumthor

Peter Zumthor est l’un des plus célèbres artisans d’architecture en suisse. Son impact est d’ordre mondial et en 2009, il devint le troisième Helvète à se voir récompenser du prix Pritzker. Il décrit l’architecture comme « un récipient sensible au rythme des pas sur le sol, à la concentration du travail, au silence du sommeil. »

 

 

 

SOURCE : Wikipedia,  Houseofswitzerland

Photo credit : flickr, wikipedia, Sanja. B.

Emmanuel Sanga Emmanuel Sanga

Journaliste culture et société avec près de deux ans d’expérience.
Capable de travailler en français comme en anglais.
J’apprécie de sensibiliser, d’éveiller la curiosité ou de susciter le débat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.