Travailler au XXIème siècle : Les dysfonctionnements

Print Friendly, PDF & Email

AutonomieLa semaine dernière, nous vous avons présenté l’état de santé actuel en entreprises, vu par trois protagonistes du monde du travail. Ils partagent avec nous leur vision des organisations actuelles, les enjeux liés à leurs fonctionnements et à la qualité de vie des individus y travaillant.

Dans ce 3ème chapitre, nous abordons les différents dysfonctionnements au sein des institutions. Cette thématique sera développée sur deux chapitres.

 

Les dysfonctionnements

Infantilisation

On s’aperçoit que beaucoup d’organismes sont dans des mécanismes et des modes managériaux qui tendent à l’infantilisation.

Si nous prenons n’importe quel humain hors du contexte de l’entreprise, nous sommes tous conscients qu’il gère et fait face à toutes sortes de responsabilités quotidiennes. Comment se fait-il que lorsque celui-ci entre en société, on le « démajorise » ?

La démajorisation et l’infantilisation de l’être reste une interrogation, car au lieu de lui donner de l’autonomie et du sens, il le pénalise.

 

Manque d’autonomie et de sens

Il est indispensable et essentiel de réintégrer la notion de sens au sein des organismes, car il est un des leviers fondamentaux de la motivation et de l’implication quotidienne.

On remarque de nombreux cas où le manque de sens et de cohérence au travail interfère sur l’état physique et émotionnel, qui se répercute, par la suite, dans la détermination et les actions.

La déduction est la suivante, lorsque l’employé ne comprend pas le sens de ce qu’il fait, quelque soit les activités sociales de bien-être offertes par l’entreprise, cela ne comblera pas à terme le vide de sens qu’il ressent.

Inévitablement, nous devrons aborder le thème de l’autonomie pour laisser de la place à l’expression et la créativité, permettant aux employés de se réapproprier leur droit d’errance. C’est un espace nécessaire au développement de l’être, à sa responsabilisation, à sa liberté d’expression et d’action.

En regard de ce constat, et sachant que les habitudes ont déjà été prises dans les institutions et par les employés, les questions que nous pouvons nous poser sont :

  • Comment introduire le changement ?
  • Est-ce que tous les collaborateurs auront l’intérêt, la motivation et les capacités de devenir, en quelque sorte, auto-entrepreneur au sein de l’entreprise ?

 

La question reste à débattre. Demain, nous aborderons la seconde partie des dysfonctionnements dans les organismes.

 

Source : Merise Vincent

Photo credit : pixabay by kaboompics

Merise Vincent

Merise Vincent


« JE CROIS EN L’HUMAIN ET EN SON POTENTIEL, EN SA CAPACITÉ À PUISER ET DÉPLOYER SES MULTIPLES RESSOURCES EN TOUT TEMPS. »

Responsabilité individuelle et conscience collective, réaliste orientée résultat, j’aime développer et améliorer des projets en y apportant du sens, de la cohérence avec engagement, autonomie et bienveillance.

MA VALEUR AJOUTÉE :
10 années d’expérience commerciale dans le secteur du luxe, de conseillère de vente à la création et à la gestion d’un Shop in Shop m’ont permis de valider mes aptitudes et compétences autant dans la relation et services aux individus, d’un point de vue humain, commercial et managérial ; que dans la gestion de l’infrastructure, de son administration, des bases de données et logiciels commerciaux. En charge du stock, des achats et approvisionnements, du SAV ainsi que de toute la manutention et du merchandising.

LA GESTION DE PROJET, MA FORCE MOTRICE !
- Relever des défis, sortir de ma zone de confort.
- Faire naître une idée, améliorer une situation, un processus ou être appelée à agir rapidement dans la matière.
- Comprendre et analyser la situation en fonction des différents facteurs, cerner les acteurs et leurs caractéristiques, les forces, les faiblesses et comment travailler avec.
- Apporter des résolutions en élaborant des stratégies d’améliorations, en mettant en place des objectifs et actions ciblés en construisant de nouveaux mécanismes.

APPORTER DE L’HARMONIE DANS MON UNIVERS PROFESSIONNEL EN OPTIMISANT :
- La structure et l’ergonomie de l’environnement.
- La relation entre les individus dans le cadre de leurs fonctions, en prenant en compte les besoins et objectifs individuels de chacun à but collectif.
- Les liens de confiance, d'entre-aide et de soutien entre les individus en sollicitant la communication et la liberté d'expression.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.