Wista : Une organisation qui reflète la présence féminine dans le shipping et dans le négoce de matières premières

Print Friendly, PDF & Email

Nous avons rencontré Mathilde de Mareuil vice-présidente de Wista Switzerland (Women’s International Shipping & Trading Association).

 

Wista

Mathide de Mareuil

Mathilde de Mareuil, vice-présidente de Wista 

Dans son poste de recruteuse, Mathilde de Mareuil voit encore des inégalités entre les hommes et les femmes sur le marché du travail.

Elle remarque que les postes haut placés sont surtout occupés par les hommes et que le domaine est essentiellement masculin. Ce constat l’a poussée à s’investir. Au départ, elle était membre de l’organisation, puis elle a été la personne de contact. Finalement, elle a souhaité s’investir plus et elle est devenue aujourd’hui vice-présidente.

 

Wista : soutien et networking pour les femmes dans le trading et le shipping

Wista est une association internationale qui voit le jour en 1974 et qui compte 3800 membres dans 54 pays dans le monde, dont environ 100 membres en Suisse actuellement. Créée en 2009 en Suisse, l’association possèdent 2 bureaux en activité à Genève et à Zurich.

L’objectif de Wista est de créer du networking pour que les femmes puissent se rencontrer, se soutenir ou échanger de l’information. Le but est également de minimiser l’existence de différences salariales et de responsabilités entre les hommes et les femmes. En suisse, Wista propose des coachings réguliers, comme par exemple « le management du temps » ou « comment demander une hausse salariale ». C’est utile, et cela remporte un grand succès.

Des conférences sont aussi programmées sur le domaine du shipping et du trading, pour que les personnes puissent se rencontrer et découvrir d’autres aspects dans le domaine. Tous les ans, des représentants de Wista des 54 pays se réunissent pour leur assemblée générale et pour une conférence importante. En fin d’année 2022, Wista Suisse aura d’ailleurs la chance d’être le pays d’accueil pour cette conférence qui durera plusieurs jours à Genève.

Wista organise aussi des repas mensuels. Il y a quelques semaines, Wista Suisse a par exemple organisé un repas à la Perle du Lac. A cette occasion, 28 femmes étaient réunies autour d’une table. Ce fut un moment d’échange, de rencontre, et de soutien.

Cette année, Wista Suisse mène une enquête dont les résultats paraîtront en fin d’année. Cette étude, menée conjointement avec PWC, porte sur l’Equality Gender. C’est un questionnaire à remplir sur les différences entre les hommes et les femmes dans le shipping et le trading (salaires, responsabilités, promotions, etc.).

 

Encore du chemin sur l’avancée des droits des femmes

Mathilde de Mareuil relève également que le droit de vote pour les femmes est en vigueur depuis 51 ans, et qu’un long chemin a été parcouru. De plus, elle note qu’une réforme du droit des sociétés stipule que les femmes devront représenter 30% des membres du conseil d’administration et 20% des membres de direction. En la matière, la Suisse suit le bon chemin.

 

Les freins à l’emploi pour les femmes

Lorsqu’elle discute avec des femmes, notamment des mères de famille, Mathilde de Mareuil constate que certaines ont dû prendre du recul pendant le Covid-19, car elles ont gardé les enfants à la maison. Il y a donc encore des améliorations à faire, au niveau égalité homme-femme.

Mathilde de Mareuil connaît bien le coût des crèches, puisqu’elle est en Suisse depuis 7 ans. Elle a vécu à Singapour, où elle est a eu ses 3 enfants et trouve le système des crèches singapourien extraordinaire. Dans ce pays, on peut facilement poursuivre sa carrière et élever des enfants. Lorsqu’elle est arrivée en Suisse, elle s’est vite rendue compte que les crèches étaient très chères, et que financièrement, les femmes arrêtent souvent de travailler pour cette raison. Quand les femmes deviennent mères de famille et décident de quitter leur travail, il leur est alors difficile de retrouver un poste à responsabilités égales rapidement. Une aide du gouvernement pour les crèches pourrait aider les femmes à rester au travail et éviter le problème du retour.

Le congé maternité peut être également un frein à l’emploi : 40 % des employeurs (chiffre européen) trouvent plus risqué d’employer une jeune femme plutôt qu’un jeune homme à cause du congé maternité. Un congé paternité de 2 semaines a été mis en place en Suisse très récemment.

 

Des solutions commencent à apparaître

Dans le cadre d’une conférence organisée par Wista, une directrice d’une entreprise de télécom en Suède est intervenue.  Elle affirmait qu’engager une jeune femme ou un jeune homme est tout aussi risqué. En effet, dans ce pays, le nombre de jours congé de maternité et paternité est égal et équivaut à 480 jours. La Suisse pourrait aller dans ce sens pour encourager les entreprises à engager des femmes. Mathilde de Mareuil pense donc que la situation s’améliore, mais qu’il reste de nombreuses améliorations possibles.

 

Marché de l’emploi

Au début du Covid-19, Mathilde de Mareuil relève que les entreprises ont été réticentes à embaucher du personnel. Les recrutements ont bien repris. Le marché de l’emploi est à nouveau dynamique dans les entreprises de shipping et de négoce. Elle a d’ailleurs l’impression que les entreprises rattrapent le retard pris au niveau du recrutement.

De plus, récemment, des entreprises ont fermé, comme par exemple des banques et des entreprises spécialisées dans le négoce, ce qui signifie qu’il y a plus de talents sur le marché.

Cependant, les prix des matières premières, notamment des denrées alimentaires et des produits énergétiques ont vu leur prix exploser ces derniers temps. De nombreuses sociétés revoient donc leur stratégie et cela aura des conséquences sur le marché de l’emploi.

Enfin, des rumeurs font état que quelques entreprises de trading pourraient s’implanter à Dubaï ou ailleurs. Elle pense que cela va avoir un impact sur le marché de l’emploi en Suisse. Affaire à suivre…

 

Wista est une association prête à jouer son rôle en tant que force de changement, afin que les femmes puissent bénéficier des mêmes opportunités que les hommes dans la vie professionnelle.

 

Article du même auteur :

Le défi des droits humains : le rôle de la Geneva School of Economics and Management

Climate Neutral Commodity : au centre du changement pour créer un impact durable

L’impact du Covid sur le secteur du négoce des matières premières : Entretien avec Florence Schurch

 

Credit photo : Mathilde de Mareuil

Pascaline Stella Pascaline Stella

I worked as an information officer in the field of commodities in a bank. I have 20 years of experience.
What I like most about my job is researching, find the right information and finally that people are satisfied with my work.
I'm passionate in history. I'm interested in social media, and I am familiar in community management

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.