Comment la migration peut-elle affecter la santé mentale des migrants ?

Print Friendly, PDF & Email

migrants

 

Malgré les résultats positifs obtenus à plusieurs niveaux lors de la migration, il est nécessaire de souligner les conséquences négatives qu’elle a sur la santé mentale des migrants.

 

Un besoin d’appartenance et d’inclusion

D’une part, la transition qu’implique la migration génère un état de double non-appartenance au pays d’origine et au pays d’accueil.

D’autre part, les migrants sont soumis à des pressions physiques et psychologiques dans leur pays au cours de leur déplacement, ainsi que dans les pays d’immigration.

Cela les conduit au besoin urgent d’un sentiment d’appartenance et d’inclusion. Ils ont donc besoin de faire partie de la société d’accueil.

C’est ce que l’Organisation mondiale de la santé a recommandé dans sa publication sur la nécessité d’intégrer les migrants dans la société « Mental health promotion and mental health care in refugees and migrants: policy brief (2018) ». En effet, cela contribuerait à atténuer les répercussions des maladies mentales chez les migrants.

 

Identité et reconnaissance

Le philosophe allemand Axel Honneth souligne notamment que « la confiance en soi, l’estime de soi et la capacité à s’ouvrir à la société trouvent leurs origines dans le concept de reconnaissance. Chaque individu est mu par le besoin que son environnement social et la société, dans laquelle il ou elle vit, valorisent ses identités et lui accordent une place comme sujet de droit. »

En conclusion, la préservation de la santé mentale des migrants est le résultat d’efforts concertés à plusieurs niveaux, du point de vue de la promulgation des lois appropriées pour accélérer le processus d’étude des dossiers et de la modification des lois relatives aux migrants sans papiers.

« Une politique inclusive permettant de recréer un sentiment d’appartenance à une communauté est le meilleur remède pour créer les conditions de la résilience. Il s’agit d’une approche psychosociale visant à remettre sur pied et à intégrer des personnes ayant perdu leurs repères.» D’après l’analyse de Betty Goguikian Ratcliff.

 

Lectures complémentaires :

Migration en Europe : 35 504 migrants sont arrivés par la Méditerranée en 2018 par

Migrations intra-africaines : État des lieux par

 

Sources :

https://theconversation.com/la-sante-mentale-est-un-enjeu-crucial-des-migrations-contemporaines-151339

Mental health promotion and mental health care in refugees and migrants: policy brief (2018)

L’impact des conditions d’accueil sur la santé mentale des migrants/Université de Genève, Service de Communication

Photo credit : Motortion by iStock.com

Diala Hamdan Diala Hamdan

I am a psychosocial social worker. I've worked with many NGOs in Lebanon with Syrian refugees.
I have a solid experience in gender-based violence, which I gained from working for the program "Safe Spaces for Women and Girls", implemented by the ministry of social affairs and a Lebanese NGO in Beirut.
I am committed. I am known for my quiet strength which others can rely on in any situation.
My passion is to come up with creative ways to help improve the life conditions of each refugee.
Today, I am preparing a master's degree in sociology, in order to obtain an efficient methodology to create new tools to provide help and support to refugees arriving in Geneva.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.