Les professionnels de GBNews.ch s'allient à la puissance des technologies en intelligence artificielle générative, pour informer la communauté des affaires et le grand public, des dernières tendances et des évolutions du marché de l'emploi.

Agenda

Dialogues insolites : ...

Du 1er février au 24 décembre 2024

Quartier Libre SIG ...

Du 18 avril au 25 août 2024

Musique en été ...

Du 22 juin au 23 août 2024

Concerts d’été à ...

Du 7 juillet au 2 septembre 2024

Genève Genève : ...

Du 14 au 18 août 2024

Du rêve de Philip Queffelec à la réalité entrepreneuriale : L’envol de SPARFELL

Paru le 21 mai 2024

SPARFELL

Nous avons eu le plaisir de rencontrer Philip Queffelec, fondateur de la compagnie aérienne SPARFELL, qui nous a raconté l’histoire de sa compagnie et sa passion pour l’aviation.

Un héritage familial en plein vol

L'aviation n'est pas seulement une profession mais une passion transmise de génération en génération dans la famille de Philip Queffelec. Le fondateur de cette tradition aérienne, initialement opticien, a été captivé par l'aviation dès son adolescence durant la Seconde Guerre mondiale. "Au lieu d'aller à l'abri, il était sur les toits pour regarder les combats aériens", raconte son fils. Cet amour pour les cieux l'a poussé à abandonner l'optique pour les cockpits, devenant pilote à l'âge de 24 ans.

Le rêve comme moteur de vie

Bernard Queffelec, le père de Philip Queffelec

Bernard Queffelec, le père de Philip Queffelec

Marchant sur ses traces, Philip Queffelec affirme que son propre destin n'aurait pas été différent même si son père avait choisi une autre voie. "J'avais la passion déjà dans le sang. J’ai toujours été un signe de l’air ", confie-t-il. Il s'est toujours vu prenant son envol plutôt que de rester ancré au sol. " Quoi de plus magnifique qu’un oiseau qui rêve ? qui vole ? "

Malgré les souhaits de son père pour une carrière académique traditionnelle, Philip Queffelec a choisi de suivre ses rêves. "Si on n'avait pas rêvé d’aller sur la lune, on n'y serait jamais allé", a-t-il plaidé à son père. Aujourd'hui, à 70 ans, alors que beaucoup de ses pairs se sont retirés, il dirige l'entreprise familiale avec une passion indéfectible, affirmant trouver plus de repos au travail que pendant les vacances traditionnelles. "Pour moi, les vacances, c'est plutôt mon bureau où je travaille 10-12 heures par jour et je suis très heureux."

D'une génération à l'autre

La transmission de cette passion a également comporté son lot d'aventures internationales, de l'Afrique à Madagascar, où le père de Philip Queffelec a contribué au développement du réseau d'Air Madagascar avec le support d'Air France. "Je vivais des moments magiques. Mon enfance se passait dans les cockpits de DC-3, de Douglas", se remémore-t-il.

La vraie richesse, c’est la passion

Le premier vol de la compagnie SPARFELL a décollé du Portugal, un pays cher au cœur de son fondateur. Depuis, l'entreprise a établi des bases solides à Paris, Genève et Vienne, s'étendant progressivement au niveau international. "Le premier vol s'est passé au Portugal", rappelle-t-il avec une affection particulière pour ce point de départ significatif. Concernant son premier million, gagné en 1989, Philip Queffelec tient à préciser : "Vous savez, si dans la vie vous vous fixez le but d'être riche, vous ne serez jamais riche. La vraie richesse pour moi, c'est la passion."

La satisfaction des clients avant tout

Interrogé sur la façon de mesurer le succès d'une entreprise, il met en avant l'importance des relations humaines et de la satisfaction client. "Pour moi, la satisfaction et la fidélité des clients sont la véritable mesure de sa valeur," explique-t-il, soulignant l'importance des individus qui composent l'entreprise. Pendant la crise du Covid, il a pris des mesures exceptionnelles pour soutenir ses employés et maintenir leur salaire intégral, affirmant que "ce sont les hommes qui font l'entreprise". Il valorise également la diversité au sein de son équipe, mentionnant avec fierté que "dans l'entreprise, on a pratiquement plus de femmes que d'hommes dans des postes à responsabilité ".

Cette approche humaniste et passionnée révèle qu'au-delà des revenus et des chiffres, le véritable indicateur de réussite pour lui réside dans l'impact positif sur les vies de ceux qui gravitent autour de sa compagnie.

Prendre des risques calculés : La clé de la prospérité

Pour prospérer en affaires, prendre des risques mesurés est souvent indispensable. Philip Queffelec admet que le chemin vers le succès a été jonché de difficultés, mais surtout d'audace. " J'ai toujours pris des risques dans ma vie " confie-t-il, en précisant que sans risque, il est impossible d'atteindre les sommets désirés. Pour lui, risquer est synonyme de vivre pleinement. Il pointe également du doigt le manque de soutien financier pour les petites et moyennes entreprises en Europe, un obstacle majeur qu'il a dû lui-même surmonter.

Transporter l'élite : Une réputation de confiance et d'excellence

La sécurité est une priorité absolue chez SPARFELL, surtout lorsqu'il s'agit de transporter des personnalités influentes et de haut rang, y compris des dirigeants mondiaux. "Concernant la sécurité, aucun compromis n'est toléré ; nous devons être vigilants jusqu'au moindre détail," souligne-t-il. Cette rigueur a permis à la compagnie de se forger une réputation de confiance et d'excellence dans le transport de l'élite mondiale. En termes de croissance, SPARFELL affiche des chiffres impressionnants avec une équipe de 320 personnes et une flotte de 35 avions, en croissance constante. "Je préfère rester à 35 avions qu'avoir, comme certains de mes concurrents, 150 avions. En effet, ceux-ci ne contrôlent plus aucune qualité," explique-t-il, marquant une préférence pour la qualité plutôt que la quantité.

La sécurité avant tout

L'industrie de l'aviation a atteint un niveau de sécurité impressionnant, malgré le fait qu'un taux d'accidents nul reste peu probable. Philip Queffelec note, "Bien sûr, il est peu probable que nous n’atteignions jamais un taux d'accidents nul, mais nous avons déjà atteint un niveau de sécurité considérable." Cette amélioration constante de la sécurité renforce la confiance dans les voyages aériens. Il est essentiel de maintenir une vigilance accrue, une leçon apprise dès l’enfance, lorsqu'il voyait les dangers de l'aviation de l'époque. "Pour moi, la sécurité des vols est une obsession permanente", déclare-t-il avec conviction.

L'excellence aéronautique suisse

Philip Queffelec

Philip Queffelec rend hommage à la qualité de maintenance, de formation et à l'esprit général qui prévaut dans le secteur de l'aviation en Suisse. "Je suis donc très fier de l'aéronautique en Suisse, que ce soit en ce qui concerne les avions ou les hélicoptères" affirme-t-il avec fierté. Cette excellence est renforcée par l'introduction des nouveaux appareils tels que les Airbus 220, qui offrent un confort et un service de qualité.

Il exprime également son attachement à l'exactitude qui, selon lui, reflète le respect pour les individus : "J'ai une obsession de la ponctualité, et c'est pour cela que je suis très suisse." Ce respect du temps ne fait pas seulement partie intégrante de son ethos personnel, mais s'étend à l'ensemble de ses opérations, soulignant l'importance d'un service de logistique impeccable qui correspond aux attentes et aux besoins des clients, bien au-delà de simples caprices.

La transmission de l'héritage familial dans l'aviation

L'histoire familiale de l'aviation continue avec la troisième génération, incarnée par le fils Philip Queffelec. Cet héritage n’est pas seulement une affaire de gestion, mais aussi un partage de valeurs et de sagesse à travers les générations. C’est pour cette raison qu’il écrit son histoire : "J'écris pour que mes petits-enfants ou ceux qui viendront après eux puissent lire un jour ce que j'ai accompli dans ma vie." De plus, un partenariat avec une maison d’édition suisse pourrait même transformer l'histoire de sa jeunesse en une bande dessinée, dans le but d'inspirer les jeunes générations à croire que "les rêves peuvent devenir réalité grâce à la passion et au courage".

Perspectives sur la direction et l'expansion de SPARFELL

Philip Queffelec se réjouit du leadership de son fils, qui a pris les rênes de l'entreprise avec une capacité à compléter parfaitement ses propres compétences. "Mon fils est très différent de moi, et c'est une grande chance," explique-t-il, décrivant comment cette complémentarité entre son orientation vers les relations humaines et les compétences plus introverties de son fils crée une synergie efficace à la tête de l'entreprise. Cette dynamique permet une prise de décisions partagée, avec une confiance mutuelle profonde.

En plus de continuer à diriger SPARFELL, le fondateur s’engage dans de nouveaux projets qui étendent l'expertise de l'entreprise au-delà de l'aviation, incluant la gestion de yachts et de propriétés, illustrant une approche intégrative pour répondre aux besoins globaux de leurs clients aisés. Cette initiative reflète l’ambition continue de l'entreprise de grandir et d'innover.

Ces réflexions et initiatives montrent non seulement la poursuite de la réussite commerciale et personnelle de SPARFELL, mais aussi un engagement profond à préserver et nourrir un héritage qui transcende les générations, tout en restant ancré dans des valeurs de ponctualité, de qualité et d'excellence.

 

Le parcours de Philip Queffelec, de son enfance passionnée par les avions à la tête d'une entreprise internationale, illustre une vie dédiée à la poursuite de la passion et à l'innovation dans l'aviation.

Cette saga familiale, qui se perpétue avec son fils, montre qu'une vision claire et un engagement envers l’excellence peuvent transformer un héritage en une entreprise prospère. À travers les générations, le nom de Queffelec reste synonyme de qualité, de sécurité, et de respect des valeurs humaines, prouvant que même dans un secteur aussi compétitif et complexe que l'aviation, la persévérance et la passion sont les véritables moteurs du succès.

 

Article du même auteur :

La Fondation Hirondelle : Promouvoir la transparence et l'honnêteté dans le journalisme

Au cœur des montagnes kirghizes : Bernard Repond et l'héritage de « Pamir's bridges »

Isabelle Falconnier : médiatrice passionnée entre culture et médias

Genève, berceau des débats: Le rôle du Club Suisse de la Presse

La Maison des Associations, un lieu d’échange et de création : interview de Hervé Pichelin

Thérèse Obrecht, ancienne présidente de « Reporters sans frontières Suisse» : entre défense de la liberté d’expression et réalités des médias

 

Credit photo : Zhenshibek Edigeev, SPARFELL

Zhenishbek Edigeev

Je suis un journaliste kirghize et j'habite à Genève depuis 2009. Je me suis pris d’un grand intérêt pour la Suisse et pour son système politique unique. C’est pour cela que je me trouve actuellement plongé dans l’écriture d’un ouvrage où je rassemble des interviews de différentes personnalités suisses et appartenant à différents domaines de la société. D’autre part, j’ai créé une association du nom de « Alpalatoo » dans le but de faire mieux connaître les liens entre la Suisse et l’Asie Centrale. Pour en savoir plus : https://www.alpalatoo.com/ Je suis l’auteur de deux romans et deux dictionnaires kirghize-français.

Articles connexes :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram