Une année 2022 plutôt bonne pour les entreprises

Print Friendly, PDF & Email

La Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève (CCIG) a mené son Enquête conjoncturelle d’automne. Il en résulte que l’année 2022 a été plutôt bonne pour 77% des entreprises. Une société sur quatre a recruté. Cependant, les perspectives sont assombries par les problèmes continus d’approvisionnement et la hausse des prix des marchandises, ainsi que les difficultés liées à l’énergie.

 

entreprises

De bonnes affaires en 2022

En 2022, les affaires sont satisfaisantes à bonnes pour environ 75% des entreprises; et 91% des entreprises de 30 à 100 employés sont d’accord là-dessus. Dans l’industrie, particulièrement, 82% des entreprises sont optimistes concernant les 6 prochains mois. A plus long terme, les compagnies sont plus timides à se prononcer. 28% prévoient des affaires médiocres à mauvaises. Cela monte jusqu’à 32% dans le secteur de l’industrie.

L’année passée, en automne, 17%  des compagnies prévoyaient de recruter, alors qu’en 2022, une sur quatre a recruté. 22% prévoient de recruter en 2023. Cependant, de la même façon qu’en 2021, 15% des entreprises ont licencié.

 

Evolution des salaires en 2022 et 2023

Concernant les salaires, 41% des entreprises ont augmenté leurs employés, contre 59% en 2021. La hausse moyenne a atteint 1,1%, contre 2% dans l’industrie. Celle-ci avait été de o,6% début 2021.

Les prévisions d’évolution moyenne des salaires est de 1,8% pour 2023, alors que 39% envisage de ne pas augmenter les salaires.

 

Les entreprises s’inquiètent des prix de l’énergie

Deux entreprises sur trois pensent que les prix de l’électricité vont augmenter jusqu’au à 20% en 2023. Quant à l’industrie, elle prévoit une augmentation entre 21 et 40%.

Pour baisser leurs coûts énergétiques, les entreprises prennent des mesures, soit en adaptant l’éclairage (69%), le chauffage (55%). Enfin, un tiers des compagnies améliorent les processus.

 

Télétravail en cas de coupure et plan de secours

Si l’électricité devait être restreinte, 64% des sociétés ont prévu de mettre en place du télétravail tandis qu’une sur quatre pense cesser partiellement la production. En cas de coupures, 82% des entreprises attendront les recommandations des autorités, alors que 20% mettront en place un plan pour continuer leurs activités.

 

Approvisionnement toujours difficile 

Comme l’année dernière, en moyenne, un tiers des compagnies subit des problèmes d’approvisionnement, alors que 61% des sociétés de l’industrie en éprouvent. Cela concerne des retards de livraison, une hausse des prix d’achat, la réduction des marges et la hausse des coûts de transport. Pour faire face à l’augmentation des prix d’achat, les sociétés ont augmenté leurs prix de vente et diversifié leurs fournisseurs. Des matériaux de substitution et la renégociation des contrats représentent une autre solution.

 

Lectures complémentaires :

Enquête conjoncturelle de la CCIG : Optimisme des entreprises, mais prudence à long terme

Enquête conjoncturelle de la CCIG : une économie genevoise mise à mal

 

Source : https://www.ccig.ch/blog/2022/11/Une-belle-annee-2022-mais-perspectives-plus-compliquees

Photo credit : SergeyNivens via depositphotos.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.