Les matières premières et l’art – 8. Le maïs et Jean Mortel

Print Friendly, PDF & Email

La Suisse est une plaque tournante du négoce des matières premières. Saviez-vous que cette activité représente 4 % du PIB suisse, et même 22 % des recettes fiscales pour le canton de Genève ? Nous continuons d’explorer ce vaste sujet sous un autre angle, mais dans une nouvelle série, nous publions une série d’articles, en nous focalisant à chaque fois sur une matière première et une œuvre artistique ou culturelle. Cette semaine, nous abordons le thème du maïs. Nous pourrons voir le premier dessin du maïs et examinerons son symbolisme pour les Mayas et les Aztèques. Nous verrons aussi l’usage de cette plante dans les énergies renouvelables. Cela nous donne l’occasion d’admirer le tableau du peintre Jan Mortel (1652-1719), peintre néerlandais : Nature morte avec épis de maïs.

maïs

Premier dessin du maïs

C’est au botaniste allemand Fuchs en 1542 que l’on doit le premier dessin de cette plante en Europe, que vous pouvez consulter en page 72.

 

Symbolisme du maïs pour les Mayas et les Aztèques

Pour le peuple maya, Yum Xak était le dieu du maïs, et donc aussi de l’agriculture.

La plante prend ici la forme d’un dieu bienveillant, symbolisant la vie, la prospérité et l’abondance,

Selon le Popol Vuh, le livre sacré du peuple maya, les premiers hommes ont été forgé avec du maïs, de couleur blanc et jaune.

Chez les Aztèques, c’est le dieu Quetzalcoatl, le « serpent à plumes » qui a donné cet aliment aux humains, en guise de remerciement pour leur fidélité.

Si nous voyons d’autres motifs aztèques, qui représentent du maïs, c’est Tlaloc, le dieu de la pluie et de l’agriculture qui est associé au maïs.

 

Usage du maïs dans les énergies renouvelables

La plante, en tant que source d’énergie renouvelable, permet la production d’éthanol.

 

L’utilisation de l’éthanol permet-elle de réduire les émissions de CO2 ?

Une étude, publiée dans la revue « Proceedings of the National Academy of Sciences » (PNAS), a démontré que les émissions de carbone résultant de l’utilisation des terres pour la culture du maïs peuvent avoir l’effet inverse concernant l’émission de CO2.

Cette étude est donc en totale contradiction avec les précédentes études, qui considèrent que l’éthanol permet de baisser les émissions par rapport à du carburant fossile.

 

Nature morte avec épis de maïs 

La plante fait partie de la vie quotidienne des européens, depuis plusieurs siècles comme en atteste le tableau « Nature morte avec épis de maïs » qui date de 1700 et qui été peint par le peintre néerlandais, Jan Mortel (1652-1719).

 

Plus d’anecdotes sur le maïs :

Les matières premières, sous un angle différent – 9. Le Maïs

Dans la même série, « Les matières premières et l’art» :

  1. Les céréales et Van Gogh
  2. Le café et la culture
  3. Le coton et Edgar Degas
  4. Le cacao et Luis Meléndez
  5. Le sucre et Sartre
  6. Le cuivre et Chardin
  7. L’acier et Gayle Hermick

 

Sources :

graine de vie au cœur des rituels- Plantes et Santé (plantes-et-sante.fr)

firstimages.pdf (purdue.edu)

Symboles Aztèques : une civilisation et une religion uniques (la-porte-du-bonheur.com)

L’éthanol finalement pire que l’essence ? (leblogauto.com)

Photo credit : Jan Mortel, Public domain, via Wikimedia Commons

Pascaline Stella Pascaline Stella

I worked as an information officer in the field of commodities in a bank. I have 20 years of experience.
What I like most about my job is researching, find the right information and finally that people are satisfied with my work.
I'm passionate in history. I'm interested in social media, and I am familiar in community management

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.