Levée de corps faite par le médecin légiste uniquement

Print Friendly, PDF & Email

legiste

La mort… Le terme nous fait déjà frissonner… Il engendre la crainte, voire l’incompréhension et le questionnement. Comme nous le rappelle Épictète : « Ne saviez-vous pas que la source de toutes les misères de l’homme, ce n’est pas la mort, mais la crainte de la mort ? »

La mort fait partie intégrante de notre vie quotidienne. Elle est inéluctable. Chacun de nous se retrouve tôt ou tard confronté à ce vide, laissé par la perte d’un être cher, un proche, un parent, un ami ou même un animal de compagnie.

 

Médecin légiste : un expert qui déchiffre les corps

La vie et la mort impriment sur les corps des marques subtiles. Sans médecins légistes, experts pour en déchiffrer le sens, la justice serait impuissante. Ce métier est aujourd’hui pratiqué essentiellement par des femmes, notamment en Suisse.

Les médecins légistes n’exercent pas ce métier par hasard. Ce sont de personnes qui ont une relation particulière à la mort, par leur métier.

 

La levée de corps

En Suisse, lorsqu’une personne décède, que ce soit lors d’un homicide, ou d’un décès considéré comme suspect, le médecin légiste se rend sur les lieux de découverte du corps à la demande des autorités judiciaires. Cela est plus communément appelée la levée de corps. Il y relève tous les paramètres utiles pour déterminer et établir les circonstances et les causes du décès.

Sur les lieux du décès, personne ne peut toucher le corps. Les lieux doivent être intacts. C’est indispensable. Une fois que l’heure et la cause du décès sont établies, le corps peut ensuite être transporté pour divers examens. Et dans la plupart des cas, le médecin légiste procède à une autopsie. Lors de l’examen externe, il analyse l’habillement et le corps de la victime. Il recherche des traces de blessures, de lésions, évalue la rigidité du corps…

Lorsque le corps est en trop mauvais état pour être reconnu, le médecin légiste peut réaliser l’identification par un examen dentaire comparatif. D’autres techniques, comme des analyses génétiques peuvent également être utilisées (cf. Discipline de A à Z Médecine légale).

 

Enquête et justice

Par rapport à ces découvertes, une enquête policière se met en place avec la police, les juges d’instruction, les avocats. A partir de ce moment, les rouages de la justice s’enclenchent pour rendre un jugement, que ce soit pour assassinat, meurtre avec intention de donner la mort, meurtre passionnel, ou autre.

Pour tout être humain, il est important d’avoir l’information : Qui ne souhaite pas savoir pourquoi son conjoint est décédé ? Pourquoi son enfant est-il retrouvé mort ? Quelle famille ne souhaite pas qu’un disparu soit identifié ?

Ce travail mobilise le médecin légiste à toute heure. Il fait suite à la violence et aux événements aigus de la vie des gens. Il est indispensable à la justice et d’un grand soutien à la communauté. Et puis, il est passionnant. Quand la médecine se mêle à l’enquête policière, chaque mission est une nouvelle énigme (témoignage Dre Lardi, médecin légiste CURML).

Cependant, même si la société commence à être plus ouverte envers la mort, l’autopsie reste néanmoins taboue !

 

Les séries suscitent l’intérêt

Si vous êtes passionné de tout ce qui relève de près ou de loin à la mort, vous trouverez moult séries télévisées, que ce soit des séries et des films, tels que Urgences, Chicago Med, Chicago Fire. En Europe, en France, vous pourrez aussi voir R.I.S. Police scientifique, qui analyse comment les personnes sont décédées. C’est tellement intéressant et enrichissant !

Enfin, pour toute personne qui rêve de faire ce travail parce qu’elle est passionnée de séries télévisées, c’est une activité « extrêmement physique », car le légiste est régulièrement amenée à manipuler des corps, qui sont rarement dans la position qui les arrange, et les morts paraissent toujours plus lourds que les vivants, au vu de la rigidité du corps !

Une chose est certaine, notre rapport pudique aux morts, s’il ne date pas d’hier, n’en est pas moins récent. Il coïncide avec l’avènement d’une société où les progrès médicaux ont relégué le décès dans la périphérie de nos existences. Le décès est de ce fait souvent vécu comme une injustice. Son irruption doit toujours plus obéir aux règles de la « bonne fin », soit en cohérence avec la trajectoire de vie qui, pour beaucoup, a été épargnée par la fatalité d’un accident ou d’une maladie.

 

Lectures complémentaires :

Médecine holistique : Retour vers la médecine du futur par

L’immunologie : qu’est-ce que c’est ? par

 

Sources :

https://www.laboretfides.com/ch_fr/index.php/societe/levees-de-corps.html

https://fr.wikipedia.org/wiki

https://www.hug.ch/medecin-legiste

Photo credits : Piron Guillaume on Unsplash

Sonia Pelletier Sonia Pelletier

Plus de 25 ans d'expérience comme secrétaire spécialisée dans le domaine juridique avec qualité de dactylographie rapide et précise, capacité d'adaptabilité, sens de l'organisation, polyvalence, flexibilité, confidentialité. Dotée d'une grande patience permettant de m'investir avec constance et persévérance afin de mener à bien des projets à long terme, je souhaite aujourd'hui mettre à profit ces compétences au sein d'une entreprise proposant des soins aux personnes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.