Patrick Nicollier: humanitaire et DRH du Fonds mondial

Print Friendly, PDF & Email

For the English version, please click here.

En début d’année, nous avons saisi l’opportunité de rencontrer Patrick Nicollier, le directeur des ressources humaines (DRH) du Fonds mondial, institution spécialisée dans la lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme.

Directeur aux multiples facettes

Après avoir suivi des études supérieures en relations internationales à l’Institut des Hautes Études Internationales du Développement, il débute sa carrière professionnelle dans les ressources humaines, autant dans le domaine du privé, de la santé, de la finance et des nanotechnologies que dans des postes nationaux que régionaux. Ses connaissances académiques en sciences politiques, en droit international, en économie et en histoire contemporaine, couplées avec son expérience professionnelle lui ont permis de facilement intégrer et saisir les enjeux liés à la santé globale du Fonds mondial.

 

«Je me sens privilégié d’être dans cette fonction.

Chaque jour est différent du précèdent et de celui à venir»

 

Patrick Nicollier est également le président de l’Action de Soutien à l’Enfance Démunie, une ONG œuvrant pour des programmes d’éducation dans les pays en développement et co-gestionnaire d’un groupe de parole du cancer myélome multiple. Passionné par les enjeux d’éthique organisationnelle, il est membre du conseil d’éthique clinique des Hôpitaux Universitaire de Genève.

DRH du Fonds mondial, un métier enrichissant et diversifié

Comme la plupart des DRH dans des institutions internationales, Patrick Nicollier n’y déroge pas, il est sur tous les fronts. Ses qualités de direction, d’écoute et de collaboration lui sont très utiles pour assurer les fonctions de DRH. Les journées sont différentes, mais le but reste toujours le même: sauver le plus de vies possible. Pour cela, son travail consiste à diriger son équipe et collaborer avec les autres responsables, afin d’atteindre le but de l’institution. Une autre de ses fonctions est d’être à l’écoute de tous les employés, de gérer les conflits interpersonnels, mais aussi de mettre en place de nouvelles stratégies pour chercher et acquérir de nouveaux talents, comme par exemple la connaissance des nouvelles technologies relatives aux ressources humaines. Le bien-être des employés reste une valeur importante de toute institution pérenne.

Sans oublier que le DRH doit également collaborer avec les organes de gouvernance pour préparer les futurs comités d’audit, de finance, d’éthique et de gouvernance. À l’heure actuelle, son principal défi est de mettre en œuvre la stratégie RH pour la période 2017-2022.

 

«La performance et la collaboration sont des mots clés pour sauver 16 millions de vies supplémentaires dans les 3 prochaines années»

Projets de demain

Chaque année, plusieurs projets sont mis en place par l’institution pour lutter contre les différentes épidémies.

 

Les actions futures de l’institution sont décidées par le Conseil du Fonds mondial, constitué des communautés bénéficiaires et des donateurs ainsi que des acteurs du domaine public et privé. Le Conseil travaille toujours en étroite collaboration avec les différentes parties prenantes, afin de lutter contre ces épidémies de manière efficiente. Le Fonds mondial travaille également avec l’Organisation mondiale de la santé sur des questions plutôt d’ordre technique, à la fois dans des pays spécifiques ainsi qu’au niveau mondial. Le travail en réseau représente une part importante de l’institution.

 

«En 2019, nous avons reçu des promesses de dons de 14 milliards de dollars, une somme sans précédent. Aujourd’hui, notre priorité absolue est d’assurer que ces ressources financières soient allouées au sein de nos divers projets de manière efficiente, afin de sauver des millions de vies et de limiter la propagation de ces maladies»

 

La mise en place de nouveaux projets peut générer la création de nouveaux postes. Tout dépend des besoins et des ressources financières de l’institution. Néanmoins, comme le budget de celle-ci est fixé pour les trois ans à venir, le nombre de postes reste tout de même limité.

Une méthode de recrutement sur mesure

Comme la plupart des institutions internationales, le Fonds mondial recrute en Suisse et à l’international. Le recrutement se fait principalement sur la base de compétences spécifiques et sur l’expérience du candidat. Pour chaque poste, l’institution reçoit généralement plus d’une centaine de candidatures qu’elle analyse avec soin afin de trouver la personne la mieux adaptée au poste. La diversité des employés est une valeur importante du Fonds mondial. Le modèle de recrutement varie selon les postes, mais possède tout de même quelques similitudes. Les candidats retenus passent par une série de tests afin de s’assurer qu’ils possèdent les compétences techniques et partagent les valeurs de l’institution. Puis ils sont convoqués pour des entretiens. Après une dernière vérification des antécédents, le candidat rejoint la grande famille du Fonds mondial.

Qualités indispensables

Les compétences techniques sont bien évidemment importantes, mais les qualités humaines le sont tout autant. L’altruisme, l’ouverture d’esprit et la capacité à prendre du recul sur les problèmes sont des valeurs fortement recherchées par l’institution. Les futurs collaborateurs doivent également être capables d’évoluer dans un univers multiculturel, faire preuve de diplomatie aussi bien auprès des bénéficiaires que des donateurs et avoir de très grandes capacités d’adaptation, de collaboration et de communication. Une personne réfléchie, intègre et responsable possède également des qualités très recherchées par le Fonds mondial.

 

«Surtout, une passion pour la mission de sauver des vies»

 

Jeune diplômé, quelle stratégie?

Une connaissance des projets et des résultats du Fonds mondial est toujours fortement appréciée. Il est également important que les futurs employés mettent en exergue la manière dont leurs qualités peuvent s’intégrer dans les valeurs et les buts de l’institution. Pour la plupart des positions, il sera demandé de maîtriser au moins deux langues. Les compétences linguistiques sont indispensables pour évoluer dans l’institution. Une expérience préalable, professionnelle ou sous forme de stage, est fortement appréciée, car il faudra très souvent collaborer avec des professionnels possédant une expérience solide dans le domaine. Le Fonds mondial engage des profils toujours adaptés aux postes. Il est donc fortement conseillé aux candidats d’uniquement postuler aux positions où leurs compétences se trouvent en adéquation avec le cahier des charges.

L’objectif principal du Fonds mondial est de sauver le plus de vies possible et de lutter contre les épidémies du VIH, de la tuberculose et du paludisme. Depuis sa création, en 2002, des avancées majeures ont été effectuées et des millions de vies ont été épargnées.

 

Sur le même sujet :

Le Fonds mondial : une institution internationale pour la lutte contre les épidémies meurtrières

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

La santé publique dans les 25 prochaines années

Crise humanitaire au Yémen : Activités de Médecins sans Frontières

Crise humanitaire au Congo

Photos: Fonds mondial

 

Milinda Wannakula |Project Coordinator Specialising in International Relations Milinda Wannakula |Project Coordinator Specialising in International Relations

Driven by my desire to learn and understand international issues, I oriented my studies towards International Affairs, an academic background which required an analytical mind and helped me sharpen my communication skills in English and in French.

I have always wanted to help others; so, I headed for humanitarian and international organizations. As a project coordinator for diverse NGOs, I learned how to plan, organize and implement projects. During my internship at the Geneva International Peace Research Institute, we launched an international conference with researchers from all over the world. I had to take care of the logistics of the event and to manage my team. I also did the accounting of the event and booked all their flights and hotels for the participants. I had to multitask to meet tight deadlines. My versatility and my resistance to pressure allows me to find solutions quickly.

Now, I want to evolve in a stimulating environment and continue putting my skills to work for others. Rigorous and methodical, I am committed to always performing the tasks assigned to me with the smile that characterizes me

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.