Lyoxa : Une association avant-gardiste de collectivisation des savoirs

Print Friendly, PDF & Email

Lyoxa

Nous avons eu la chance de rencontrer Nicolas Tamayo Lopez, président et cofondateur de Lyoxa, afin qu’il nous parle de son expérience associative et de la réflexion qui l’accompagne. Il nous en dira également plus sûr l’aboutissement à Lyoxa, une plateforme collaborative qui offre divers types de conseils bénévoles, à destination des acteurs de la vie associative genevoise.

 

Une réflexion précoce des fondateurs de Lyoxa sur le milieu associatif

Lyoxa est une plateforme particulière, de consulting associatif. Elle est née il y a trois ans, suite au constat de ses membres fondateurs.

Ces derniers sont passés par l’expérience de divers engagements associatifs, de l’organisation de manifestation au développement de petits projets, notamment au sein de leurs collèges respectifs. Ils finissent par travailler ensemble au SUN, le Students’ United Nations, où ils mènent notamment une réforme statuaire interne. Cette expérience constitue les prémisses d’une partie des processus mis en place aujourd’hui par Lyoxa, vis-à-vis des entités demanderesses.

La création de Lyoxa est le fruit d’une réflexion qui a germé petit à petit. De fait, les cofondateurs se sont retrouvés à conseiller des gens, avant même la création de Lyoxa, notamment concernant l’organisation d’événements. Ils ont remarqué que c’était grâce à leur débrouillardise, ainsi qu’aux erreurs passées, qu’ils avaient appris à conseiller et gagné en expertise.

 

La collectivisation des savoirs du milieu associatif : un moteur de changement

Étant des personnes engagées, les cofondateurs ont fait le constat que l’ensemble des personnes actives dans le milieu associatif passaient par les mêmes erreurs, pour finalement arriver au même résultat. Dans cette perspective, une collectivisation des savoirs permet une rentabilité plus grande des processus, ce qui produit une plus-value pour l’ensemble de la société.

En d’autres termes, en éliminant les petits échecs quotidiens, cela permet de rediriger plus d’énergie dans le but même de l’association. Et cela lui permet également d’aller plus loin quant à ses buts, et de fournir de manière plus efficace sa contribution à la société. Afin de proposer une solution qui permette l’accès à cette collectivisation des savoirs, ils ont donc décidé de créer Lyoxa.

« L’engagement citoyen est moteur de changement, et pour ce moteur de changement, l’association est un excellent outil. »

L’objectif des fondateurs a donc été de donner des clés de compréhension pour accéder à un outil d’action, parfois entrepreneurial, qui offre juridiquement des garanties de sécurité, et ceci dans un but sociétal d’intérêt public.

 

Lyoxa : Une structure flexible et engagée

Lors de sa création, Lyoxa se concevait comme une plateforme de consulting en matière évènementielle. L’objectif était de fournir un cadre sécurisant concernant l’évènementiel associatif, afin de permettre un développement de la culture genevoise, par la création d’un lien de confiance vis-à-vis des autorités.

En effet, si les acteurs associatifs mènent leur projet de manière structurée, alors les autorités seraient plus favorables au développement de ce type de projet et en permettraient une plus grande émergence.

Seulement, une fois commencé leur travail de consulting, ils se sont aperçus de la variété du tissu associatif preneur, et ont ouvert leurs perspectives. Aujourd’hui, ils conseillent toute sorte d’acteurs associatifs, de la structure qui souhaite organiser une soirée au Terreau, à une association qui cherche à mettre un projet d’apiculture en place, en passant par une association de recherche médicale. Lyoxa et ses membres se retrouvent ainsi à travailler sur une multitude de projets, qui ont pour unique point commun leur forme : l’association.

En tant que conseil bénévole, l’activité de Lyoxa a impliqué une première contrainte : le temps. La deuxième contrainte relève de l’expertise : se plaçant en tant que conseiller, ses membres et consultants doivent garantir une certaine qualité du conseil, même s’ils ne sont pas encore des professionnels en la matière. Ils doivent donc avoir une expérience associative forgée avec le temps.

Au début, il a été difficile de trouver des personnes ayant une grande expérience associative, étant donné que la plupart du temps les personnes engagées ont peu de temps à disposition. Ainsi, Lyoxa est fondée sur une grande autonomie de travail de ses membres et consultants. Ceux-ci se saisissent des mandats en fonction de leur temps et de leurs affinités.

 

Services, recherche et action collective

La structure de Lyoxa, qui a connu plusieurs évolutions depuis sa création, se segmente aujourd’hui en trois divisions : les services, la recherche et l’action collective.

Le cœur de la division services est composé par les consultants, qui offrent leurs services de conseil aux demandeurs externes, ainsi que par une banque de location de matériel, notamment pour les évènements.

La division recherche comprend, elle, des formations internes pour un meilleur partage d’expériences, la création d’outils associatifs tels que des canevas organisationnels sur divers processus associatifs, ainsi qu’un pôle juridique renforcé (la moitié des demandes reçues étant d’ordre juridique).

Finalement, leur division d’action collective constitue le département de développement des projets pour lesquels Lyoxa se place en acteur primaire et s’engage directement. À titre d’exemple, nous pouvons citer le projet de la Tragédie, dans lequel Lyoxa s’engage aux côtés d’autres associations, ainsi que du Rectorat de l’Université de Genève.

Pour eux, l’engagement dans des causes d’intérêt public est donc primordial. En effet, il y a beaucoup de choses à faire pour l’amélioration de notre société dans une multitude de domaines, mais on ne peut être actif dans toutes les causes sociétales. C’est pour cela que le meilleur moyen est de renforcer les personnes engagées, pour que chacune puisse œuvrer à un petit bout d’une société plus juste.

 

« Une société dynamique, juste et durable grâce à l’engagement associatif »

 

Lyoxa se pose ainsi comme une entité innovante et nécessaire à un fonctionnement optimal du tissu associatif genevois. Ce type d’initiatives devraient permettre, à l’avenir, une plus grande résonance du milieu associatif genevois, et un partage d’expériences pour une meilleure efficience des milieux engagés.

 

Nous aborderons dans un second article la variété du tissu associatif genevois, ainsi que la question du fundraising, toujours en compagnie de Nicolas Tamayo Lopez.

Amelie Hollmuller Amelie Hollmuller

Chargée de projet junior en fundraising et communication, je porte un intérêt particulier à toutes les questions sociétales, humanitaires et environnementales, tant d’envergure locales qu’internationales.
Ayant de l’expérience dans le domaine non-lucratif au sein d’une ONG de promotion de droits humains, j’ai rédigé des demandes de fonds ainsi que des rapports de suivis pour une large gamme de bailleurs (communes, fondations, gouvernements).
Mon expérience en communication complète mon bagage, à travers diverses missions, telles que l’organisation d’évènements, la création et l’édition de matériaux de communication et la traduction de nombreux documents (en français, espagnol et anglais).
Je perçois d’ailleurs les compétences en communication comme indissociables de la recherche de fonds, permettant d’avoir une vision transversale des activités d’une même organisation et ainsi de diversifier les possibilités de financement d’un projet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.