Covid-19, la deuxième vague : Les couples boivent la tasse

Print Friendly, PDF & Email

couples

Les thérapeutes sont pris d’assaut 

Avec la deuxième vague et les restrictions sanitaires mises en place (télétravail et absence de loisirs), les familles et plus particulièrement les couples ont été mis à l’épreuve.

Les demandes de consultation auprès des thérapeutes spécialisés ont explosé.

Épargnées par le premier semi-confinement au printemps dernier, les familles ne l’ont malheureusement pas été par la seconde vague.
Les mesures restrictives qui durent et se répètent semblent avoir cristallisé les tensions.

Les demandes de couples « en grande souffrance conjugale en lien avec le Covid » sont telles, que les cabinets publics comme privés sont saturés.

 

Disputes judiciaires pour les couples

Les couples déjà fragiles ont vu leurs problèmes s’aggraver avec les restrictions sanitaires. Le Covid-19 est désormais systématiquement évoqué lors des demandes de divorce.

Me Anne Reiser, avocate du droit de la famille, regrette que les familles n’aient pas profité d’avantage d’aide qui aurait permis d’éviter séparations et situations dramatiques.

Les chiffres 2020 ne sont pas encore connus, mais les demandes sur le site easydivorce a augmenté de 75% en mai et juin 2020.

 

Comment gérer la situation

Il faut prendre du temps pour soi et pour son couple : s’accorder des moments d’intimité, des promenades à deux ou des jeux en famille. Toutefois, si cette solution ne suffit pas, la meilleure selon les spécialistes, reste encore de consulter, et surtout d’en parler avec son conjoint.

Cela est d’ailleurs suggéré par Caroline Costa, pasteure genevoise, dans son vidéo-livre « Couple en crise : comment se retrouver ».

 

Que se passe-t-il dans les foyers ?

Pour Cassandra et Wanda la deuxième vague a été moins dure, car leurs maris ont pu continuer à se rendre au bureau, contrairement au printemps 2020.

Pour Loraine, mère de trois enfants, dont l’un diagnostiqué hyperactif, les choses sont beaucoup plus compliquées. Avec l’arrêt des activités sportives et l’annulation des rendez-vous avec les spécialistes, les troubles du comportement de son fils ont explosé, alors qu’ils avaient pu être maitrisés jusque-là. Tensions nerveuses et ras-le-bol obligent, Loraine a doublé ses rendez-vous psy et a dû être mise sous antidépresseurs.

Une importante fatigue et une lassitude croissante sont les points communs à toutes ces familles.

 

Un sentiment de « ras-le-bol » qui engendre de nouvelles possibilités

La durée des restrictions est pointée du doigt par les professionnels interrogés.

Ils ont observé une détérioration du climat émotionnel, avec une difficulté à réguler les émotions. Comme expliqué plus haut, cela peut parfois aller jusqu’à des troubles psychiatriques ou encore des violences conjugales.

La promiscuité du télétravail, le manque d’intimité personnelle et le manque de liberté engendrent de la frustration et déstabilisent le rythme habituel. Toutes ces raisons poussent les couples à consulter.

Séverine Murner, sexologue, y voit tout de même du positif, « car qui dit crise dit possibilités de renouvellement, de croissance et de transition ».

 

Lectures complémentaires :

La médiation familiale : Méthodes alternatives de résolution des conflits personnels par

Merci ! Tous contre le COVID-19 : hommage au personnel soignant par

Covid-19 : Skieurs et promeneurs, équipez-vous pour cet hiver ! par

 

Source : https://www.tdg.ch/la-deuxieme-vague-met-les-couples-genevois-a-mal-531744669899

Credit photo : StockUnlimited

Valerie Papaux Valerie Papaux

Au bénéfice de plus de vingt années d’expérience en tant qu’assistante administrative au sein d’entreprises privées et publiques, je suis de nature dynamique, honnête, généreuse et souriante.
J’aime l’art, les brocantes et les cours de céramique, ce qui ne m’empêche pas d’être organisée, fiable et rigoureuse dans mon travail.
J’aime m’engager dans ce que je fais et on peut toujours compter sur moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.