Les pièces emblématiques : Le Papyrus Bodmer II de la Fondation Martin Bodmer

Print Friendly, PDF & Email

Fondation Martin Bodmer piece

Nous poursuivons notre série d’articles sur les pièces emblématiques des musées genevois. Le but est de partir à la rencontre de ces musées à travers l’œuvre qui les représente le mieux. Chaque article sera donc consacré à un musée différent, que nous approcherons par le biais de leur sélection.

 

La Fondation Martin Bodmer

Créée en 1971 par Martin Bodmer (1899-1971), issu d’une famille patricienne zurichoise, la Fondation Martin Bodmer est située sur la commune de Cologny. La Fondation abrite près de 150’000 manuscrits et livres précieux de l’époque antique jusqu’à l’époque contemporaine, dans près de 150 langues.

Martin Bodmer entreprend la création d’une bibliothèque de la littérature mondiale (Weltliteratur) après l’acquisition de son premier livre précieux en 1916. Il réunira ainsi des exemplaires tels que la Bible de Gutenberg, des papyri égyptiens, des manuscrits médiévaux et orientaux et des éditions originales.

La Fondation ouvre ses portes en 2004, dans un bâtiment dessiné par l’architecte Mario Botta, dans lequel sont exposées les collections permanentes ainsi que les expositions temporaires.

Depuis 2015, la Fondation Martin Bodmer est classée au Registre « Mémoire du Monde » de l’UNESCO.

 

La pièce sélectionnéeBodmer

Nous avons posé la question à Nicolas Ducimetière, vice-directeur et conservateur de la Fondation, qui a choisi le Papyrus Bodmer II (P66 selon la nomenclature internationale), qui est « le plus ancien exemplaire connu de l’Evangile selon saint Jean ». Ce manuscrit grec écrit aux alentours de 190/200 comporte 154 pages. Cette pièce exceptionnelle, de renommée mondiale, a été cité « autant dans les études bibliques les plus érudites que dans des thrillers à succès ».

Auparavant les manuscrits étaient rédigés sur des rouleaux. Ce codex, sous forme de feuillets, est l’un des plus anciens conservés. « Sans doute mis au point dans les milieux chrétiens d’Alexandrie, le contenu diffère un peu de la version canonique du texte évangélique ».

Il « fait partie du fonds des « Papyri Bodmer », un ensemble de manuscrits découverts en 1952 près de Dishna, en Moyenne-Egypte. Regroupant des textes bibliques canoniques, mais aussi des évangiles apocryphes et des traités gnostiques, ainsi que des œuvres profanes païennes, cet ensemble formait peut-être la bibliothèque d’un lettré chrétien, d’une école ou d’une communauté monastique du IVe ou Ve siècle. »

Ce manuscrit a été publié sous forme d’un facsimilé en 2008 et présenté à plusieurs reprises. Cependant, cette pièce très fragile n’est plus exposée depuis 2014, après son passage dans l’exposition Alexandrie la Divine. Il ne sera désormais sorti que tous les 5 à 10 ans pour des raisons de conservation.

Si vous souhaitez l’admirer (ainsi que les autres « Papyrus Bodmer »), il en existe une version numérique, sur le site bodmerlab.unige.ch, réalisé en partenariat avec l’Université de Genève.

 

Explication du choix

« Le fonds des « Papyri Bodmer » est l’un des noyaux forts de notre collection : il avait notamment justifié le surnom donné à la Fondation de « Mecque des papyrologues » dans les années 1960-1970. Tous ces documents sont, par leur nature même, des documents uniques, donnant souvent parmi les plus anciennes versions connues des textes bibliques chrétiens. Par son ancienneté, son contenu, son importance patrimoniale pour l’histoire du livre et des religions, le PB II est donc l’une des pièces maîtresses de la collection conservée par la Fondation Martin Bodmer. »

 

Difficulté de ce choix

Quand une collection est créée par la passion d’un homme surnommé le « roi des bibliophiles », le choix peut être difficile. En effet, la bibliothèque regorge d’éditions rares, de manuscrits uniques et de textes précieux: « la Bible de Gutenberg (le premier ouvrage imprimé par la typographie à caractères mobiles), les papyrus du Livre des Morts pharaoniques (qui remontent à l’an 1000 avant notre ère), des manuscrits inédits de la main de Newton ou de Victor Hugo, les premières éditions des chefs-d’œuvre de la littérature internationale, parfois dans des exemplaires annotés par Goethe ou Montaigne, etc. »

Bien que ce manuscrit ne soit pas exposé, vous pouvez admirer d’autres chefs-d’œuvre. Notamment dans la future exposition consacrée à Dante, appelée La fabrique de Dante, à découvrir du 24 septembre 2021 au 28 août 2022.

 

Dans la même série par Tamara Zanetti:

Le relief Magnin de la Maison Tavel 

La Pêche miraculeuse du Musée d’art et d’histoire de Genève

La pendule de cheminée du Musée Ariana

L’affiche du Musée international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge

Les ghostnets du MEG

Le masque kwélé du musée Barbier-Mueller

Les pièces emblématiques des musées genevois

 

Crédit photo : Papyrus Bodmer II ©Fondation Martin Bodmer

Tamara Zanetti Tamara Zanetti

Dans mon enfance je réfléchissais déjà de manière innovante lorsque dans mes cours de théâtre, nous devions choisir une œuvre, afin de créer une histoire autour de celle-ci, qui deviendrait la pièce que nous jouerions.
C’est là qu’est né mon attrait pour la réalisation de projets : participer de manière active à la concrétisation d’une idée, réaliser les recherches nécessaires, accompagner le déroulement et échanger avec les différents partenaires pour assurer un produit final de qualité.
Ma curiosité, mon organisation et mon écoute attentive me permettent de trouver rapidement des solutions adaptées et créatives.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.