Les matières premières, sous un angle différent – 15. Le sucre

Print Friendly, PDF & Email

La Suisse est une plaque tournante du négoce des matières premières. Saviez-vous que cette activité représente 4% du PIB suisse, et même 22% des recettes fiscales pour le canton de Genève ? Nous continuons d’explorer ce vaste sujet sous un autre angle, et nous publions une série d’articles, en nous focalisant à chaque fois sur une matière première avec des anecdotes, des citations. Nous allons nous pencher aujourd’hui sur le sucre.

SucreOù sont produits le sucre de canne et le sucre de betterave ?

Au niveau mondial, 80 % du sucre est produit à partir de la canne à sucre. Celle-ci n’est pas cultivée dans l’Union Européenne (UE). Les principaux producteurs de canne à sucre sont le Brésil, l’Inde, la Chine, le Mexique, l’Australie, la Thaïlande, le Pakistan et les États-Unis.

Pour en savoir plus sur la production à partir de la canne à sucre, nous vous invitons à consulter l’infographie suivante :  Sugar – how is produced from cane? | Eufic

Et pour savoir comment le sucre est extrait de la betterave, suivez le lien suivant : Sugar – how is it produced from beet? | Eufic

L’UE est le premier producteur mondial de sucre de betterave. Au niveau mondial, 20 % du sucre est produit à partir de la betterave sucrière, les 80 % restants étant produits à partir de la canne à sucre

 

Le sucre à travers l’histoire

« Un roseau en Inde qui produit du miel sans le concours des abeilles et à partir duquel est produite une boisson intoxicante, bien que ni les graines, ni les fruits ne soient utilisés. »

C’est ainsi que vers 325 avant Jésus-Christ, Néarque, amiral de la flotte d’Alexandre le Grand, décrit la canne à sucre.

sucre

Au Moyen-Age, le sucre se retrouve élevé au rôle de remède médicinal en raison de son coût. Les médecins de l’époque considèrent qu’il est bon pour la digestion.

Jusqu’au XVIème siècle, les apothicaires et les épiciers de Paris se partageaient la vente du sucre. Le sucre est si prisé qu’il est considéré comme un médicament.

La sucre et tous ses dérivés : confitures, conserves et dragées constituent un enjeu de taille.

Les apothicaires ont le droit de vendre des sirops et des pastilles. Ils prescrivent des sirops ou des pastilles pour leurs vertus revigorantes aux malades, aux personnes âgées ou en cas d’infertilité.

Le corps de l’épicerie est composé de droguistes, de ciriers et de confiseurs-confituriers. Ils ont le droit de vendre « des moscouades, des cassonades, du sucre de sept livres, du sucre royal, demi-royal, du sucre candi, du sucre rouge, des confitures sucrées, des dragées… »

La déclaration royale de 1777 sépare les corporations d’apothicaires et d’épiciers et reconnaît le monopole de la vente des médicaments aux seuls membres du Collège royal de pharmacie.

« La pharmacie devient une branche officielle de la médecine et nécessite des connaissances et des études approfondies. C’est à l’époque révolutionnaire que le mot apothicaire disparaît au profit de pharmacien »

Avec sa démocratisation, le sucre change peu à peu de statut. Certains théoriciens comme Duchesne, médecin de Henri IV, le décrivent comme un véritable poison : « Le sucre, sous sa blancheur cache une grande noirceur » écrit-il. Associé à la recherche du plaisir, il pose la question de la légitimé morale.

 

Et maintenant ?

De nos jours, la consommation de sucre est pointée du doigt par le corps médical.

En 1979 déjà, des études étaient publiées sur les conséquences d’une consommation excessive de sodas.

La banque ING a publié ses prévisions pour l’année 2022 intitulé : commodities outlook 2022 « There is uncertainty for sugar and going next season with la Nina weather risks building in Brazil. »

Il y a une incertitude pour le sucre et la saison prochaine avec les risques météorologiques de la Nina qui s’accumulent au Brésil.

Le Brésil est le premier producteur de canne à sucre du monde. En raison des coûts énergétiques élevés, les agriculteurs détournent leur production vers l’éthanol, réduisant ainsi la quantité du sucre sur le marché.

D’autre part, les pénuries en Russie ont également poussé les prix à la hausse après que la flambée de l’inflation alimentaire ait conduit la population à accumuler des produits non périssables.

On a pu voir sur les réseaux sociaux des personnes dévalisant les supermarchés de leurs paquets de sucre, ou encore des panneaux, il n’y a plus de sucre.

 

Dans la même série, « Les matières premières, sous un angle différent » :

  1. Le chocolat
  2. Le tournesol
  3. Le café
  4. Le cuivre
  5. L’aluminium
  6. L’acier wootz
  7. L’étain
  8. L’hydrogène
  9. Le maïs
  10. Le riz
  11. Le coton
  12. Le blé romain
  13. Blé romain et politique alimentaire
  14. L’or

 

Sources :

https://lnkd.in/gvgTshG

Epiciers et apothicaires : épice ou médicament – Cultures sucre (cultures-sucre.com)

CONFERENCE__Breve_Histoire_du_Sucre.pdf (ericbirlouez.fr)

Matières premières : le nickel reprend en hausse, l’or et le sucre en forme | Allnews

Photo credit : PicsFive via depositphotos.com; Public Domain, Public domain, via Wikimedia Commons

Pascaline Stella Pascaline Stella

I worked as an information officer in the field of commodities in a bank. I have 20 years of experience.
What I like most about my job is researching, find the right information and finally that people are satisfied with my work.
I'm passionate in history. I'm interested in social media, and I am familiar in community management

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.