Les matières premières, sous un angle différent – 35. Le manganèse

Print Friendly, PDF & Email

La Suisse est une plaque tournante du négoce des matières premières. Saviez-vous que cette activité représente 4 % du PIB suisse, et même 22 % des recettes fiscales pour le canton de Genève ? Nous continuons d’explorer ce vaste sujet sous un autre angle, et nous publions une série d’articles, en nous focalisant à chaque fois sur une matière première avec des anecdotes, des citations. L’industrie métallurgique et minérale devra fournir une grande partie des matières premières nécessaires à la transition énergétique. Cette semaine, nous nous focalisons sur le manganèse

manganèse

Etymologie

Le terme manganèse dérive du latin « magnesia nigra » signifiant magnésie noire.

 

A travers l’histoire

On connaît le manganèse depuis la préhistoire. En effet, il y a 17 000 ans, le dioxyde de manganèse était utilisé comme pigment.

Les Egyptiens et les Romains l’employaient dans la fabrication du verre pour le colorer ou le décolorer. Et il était également présent dans les minerais de fer, employés par les Spartiates.

Certains pensent que la dureté exceptionnelle de l’acier spartiate provient de la fabrication accidentelle d’un alliage de fer et de manganèse.

Au XVIIème siècle, le chimiste allemand, Johann Rudolf Glauber, parvint à produire du permanganate. Puis, au cours de la première moitié du XVIIIème siècle, l’oxyde de manganèse était utilisé pour fabriquer du chlore.

Le chimiste suédois, Carl Wilhelm Scheele, fut le premier à reconnaître que le manganèse était un élément, et en 1774, son collègue, Johan Gottlieb Gahn, isola le manganèse pur par réduction du dioxyde de manganèse avec du carbone.

Autour du début du XIXème siècle, les scientifiques ont commencé à étudier l’utilisation de cet élément dans la fabrication de l’acier, et ont obtenu des brevets.

En 1816, on constate que l’ajout de celui-ci au fer le durcit sans le rendre plus cassant.

 

Où trouve-t-on du manganèse ?

L’Afrique du Sud dispose de 80 % des réserves mondiales estimées et l’Ukraine 10 %.

 

Et dans la transition énergétique !

Les éoliennes utilisent entre autres du manganèse qui est aussi présent dans les batteries électriques.

Selon le FMI, une batterie standard pour voiture électrique nécessite 8 kg de lithium, 35 kg de nickel, 20 kg de manganèse et 14 kg de cobalt.

 

Dans la même série, « Les matières premières, sous un angle différent » :

  1. Le chocolat
  2. Le tournesol
  3. Le café
  4. Le cuivre
  5. L’aluminium
  6. L’acier wootz
  7. L’étain
  8. L’hydrogène
  9. Le maïs
  10. Le riz
  11. Le coton
  12. Le blé romain
  13. Blé romain et politique alimentaire
  14. L’or
  15. Le sucre
  16. L’argent
  17. Le nickel
  18. Le gaz naturel
  19. Le cobalt
  20. Le lithium
  21. Le zinc
  22. Le vanadium
  23. Le néodyme
  24. Le praséodyme
  25. Le dysprosium
  26. Le minerai de fer
  27. Le platine
  28. Le palladium
  29. Le rhodium
  30. Le biogaz
  31. L’hydroélectricité
  32. L’orge
  33. Le soja
  34. Le sodium

 

Sources :

Institut UTINAM – UMR 6213 – Manganèse (cnrs.fr)

Définition | Futura Sciences (futura-sciences.com)

Transition énergétique : des métaux partout (linfodurable.fr)

Transition énergétique : contraintes d’accélération | Allnews

Crédit photo : vchalup2 via depositphotos.com

Pascaline Stella Pascaline Stella

I worked as an information officer in the field of commodities in a bank. I have 20 years of experience.
What I like most about my job is researching, find the right information and finally that people are satisfied with my work.
I'm passionate in history. I'm interested in social media, and I am familiar in community management

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.